Les poursuites d’études

Actuellement la formation en soins infirmiers amène à la délivrance de deux diplômes. D’un coté, le diplôme d’état qui permet d’exercer, délivré par la DRJSCS (Direction Régionale de la Jeunesse des Sports et de la Cohésion sociale) et de l’autre, le grade de licence, délivré par le rectorat de l’Université.
Une fois ces deux sésames obtenus, ils existent trois voies pour poursuivre sa formation. Ce développement nécessite une réelle réflexion sur sa vision de la profession. En effet, plus qu’un simple diplôme supplémentaire, les poursuites d’études poussent à développer une vision nouvelle du métier d’infirmier qu’il faut être prêt à découvrir.

 

Les spécialisations

La première poursuite d’étude, la plus connue, est la spécialisation. Trois professions de spécialité existent :

  • Infirmier de bloc opératoire (IBODE), formation d’un an et demi après avoir exercé au moins deux ans.
  • Infirmier anesthésiste (IADE), formation de deux ans après avoir exercé au moins deux ans. Elle donne accès à un grade de master.
  • Puéricultrice, formation d’un an, sans condition de durée d’exercice.

Vous pourrez également poursuivre vos études pour devenir cadre de santé. Vous devrez pour cela intégrer un Institut de Formation des Cadres de Santé en passant un concours après quatre années d’exercice.

 

Les infirmier.e.s de pratiques avancées

La création d’infirmier.e.s de pratiques avancées (IPA) a été inscrite dans le projet de loi de modernisation du système de santé, adoptée le 17 décembre 2015 par l’Assemblée nationale.
Le contenu de la formation et les prérogatives des postes qui s’ouvriront restent pour l’instant flous. Il s’agira d’infirmier.e.s pouvant trouver des moyens différents et mieux adaptés pour répondre aux besoins de santé de la population. Leur pratique sera vraisemblablement centrée sur la clinique avec de nouvelles compétences et sur la prise en charge globale et transversale.
Cette voie de poursuite d’étude est une réelle opportunité chance pour la profession de développer ses compétences propres et ainsi de faire évoluer la prise en charge des patients en se basant sur des conclusions scientifiques plus que sur des réflexions empiriques.

 

Les Diplômes Universitaires

Moins reconnus, les Diplômes Universitaires (DU) sont d’une durée variable. Les temps de formation sont répartis en sessions de cours pendant l’année universitaire. Il existe des DU sur de multiples sujets intéressants pour développer sa pratique professionnelle : urologie, plaies et cicatrisation, douleur, gériatrie, etc.
Ces DU ne sont pas reconnus par les directions hospitalières et ne donnent pas accès à une évolution salariale. Les professionnels qui s’y engagent le font en général de manière volontaire et sur leurs fonds personnels. Renseignez-vous bien avant de commencer un DU, car cela peut être assez onéreux.

 

Les poursuites d’études ont un coût élevé, en général supérieur à 4000€ l’année, leur financement peut être pris en charge par l’établissement de rattachement, un organisme de développement professionnel continu ou par l’étudiant lui-même.


Vous souhaitez plus d’informations sur les poursuites d’études ? Contactez-nous !

Share this post
Les poursuites d’études