Non classé

Les indemnités de stage et les indemnités kilométriques : quels sont mes droits?

Depuis sa création, la FNESI se bat pour défendre les droits des étudiant.e.s en soins infirmiers. En ce sens, elle a milité afin d’obtenir une augmentation de 25% des indemnités de stage lors de la manifestation du 8 novembre 2016.

Les indemnités de stage

En tant qu’étudiant.e en soins infirmiers, tu as le droit à des indemnités de stage. Le montant de celles-ci évolue en fonction de ton niveau d’expérience. De fait, l’IFSI est dans l’obligation de te verser :

28€ par semaine de stage en première année

38€ par semaine de stage en deuxième année

50€ par semaine de stage en troisième année

Ces indemnités doivent être versé.e.s pour tous les ESI, peu importe qu’ils soient en promotions professionnelles, pris en charge par pôle emploi, ou tout simplement dans le cadre de la formation initiale.

ATTENTION : Tout stage, y compris les stages de rattrapages ou stages complémentaires nécessitent une indemnisation des étudiant.e.s d’après l’article 41 de l’arrêté du 31 juillet 2009

Les indemnités de frais kilométriques

De la même manière que pour les indemnités de stage, les déplacements pour se rendre sur le lieu en question doivent être remboursés. Pour se faire, le stage doit être effectué sur le territoire français et hors de la commune où est situé l’institut de formation, dans la région de son implantation ou dans une région limitrophe. De plus, le trajet pris en charge est celui entre le lieu de stage et l’institut de formation en soins infirmiers, ou le domicile, lorsque celui-ci est plus proche du lieu de stage.

Le trajet peut être effectué en transport en commun ou au moyen d’un des véhicules suivants : véhicules automobiles, motocyclettes, vélomoteurs, voiturettes ou cyclomoteurs.

Attention : Le remboursement est assuré sur justificatif.

En ce qui concerne la tarification des remboursements des frais de déplacements lors des stages, consultez ce lien pour plus d’informations.

read more
Les indemnités de stage et les indemnités kilométriques : quels sont mes droits?

Changer d’IFSI ou formuler une demande de mutation : c’est possible?

Si tu souhaites changer d’IFSI, il te suffit de réaliser plusieurs actions. La première étape est la récupération du dossier de scolarité au sein de l’institut de formation en soins infirmiers.

Comment puis-je récupérer mon dossier?

Vous pouvez récupérer votre dossier par demande adressée au secrétariat de votre IFSI. Si vous avez des difficultés à le récupérer, vous pouvez trouver de l’aide sur le site de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA).

Comment effectuer le changement d’IFSI ou mutation ?

Une fois que tu as récupéré ton dossier, tu peux alors le communiquer aux IFSI qui t’intéressent. Nous te conseillons d’envoyer des demandes de réintégration dans plusieurs établissements afin de multiplier tes chances d’entrer dans un nouvel établissement.

Quelles pièces dois-je envoyer avec mon dossier?

Tu peux joindre à ton dossier une lettre de motivation dans laquelle tu motives ton projet professionnel et tu expliques pourquoi tu souhaites reprendre ta formation dans l’IFSI en question. Tu peux également y joindre un CV si tu estimes que cela ajoutes une plue value à ton dossier, par exemple, dans le cas où tu as eu une expérience professionnelle en lien avec la profession, si tu as eu un engagement citoyen, etc…

Dans le cas où tu réalises une demande de changement d’IFSI parce que tu as été exclu de ton IFSI, nous te conseillons d’en expliquer la raison directement à la direction des établissements dans lesquels tu envoies ta demande. Cela ne sert à rien d’essayer de camoufler tes antécédents puisque les directions d’institut finiront par être mises au courant.

Des petits conseils en plus…

Nous te conseillons, dans la limite du possible, de te déplacer directement au sein des IFSI afin de déposer ton dossier. S’il t’es possible de le faire, prends rendez-vous avec la direction de l’établissement en question afin de te présenter. Le cas échéant, si tu n’as pas la possibilité de te déplacer, tu peux également les appeler afin de créer un contact direct et de répondre aux questions s’il y en a.

read more
Changer d’IFSI ou formuler une demande de mutation : c’est possible?

C’est quoi une césure?

La césure est une période, d’une durée indivisible comprise entre six mois et une année de formation, durant laquelle un.e étudiant.e suspend temporairement sa formation dans le but d’acquérir une expérience personnelle.

Quand puis-je réaliser une césure?

La période de césure débute obligatoirement en même temps qu’un semestre et ne peut être effectuée lors du premier semestre de formation ou après l’obtention du diplôme d’Etat.

Comment dois-je procéder?

L’étudiant.e qui souhaite bénéficier d’une période de césure doit en faire la demande auprès de son institut de formation à l’aide du formulaire fourni à cet effet. La demande est adressée au/à la directeur.trice de l’institut, accompagnée d’un projet justifiant la demande de césure, au moins trois mois avant le début de la période de césure.

Qui prend la décision?

La décision d’octroyer une période de césure est prise par la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des étudiant.e.s dans un délai de deux mois à compter de la date de dépôt du dossier complet par l’étudiant.e.

En cas de décision favorable de la section, un contrat, signé entre l’institut de formation et l’étudiant.e, définit les modalités de la période de césure et les modalités de réintégration de l’étudiant.e dans la formation.

Et je garde mon statut étudiant.e ?

Durant la période de césure, l’étudiant.e conserve son statut, après avoir effectué son inscription administrative dans l’institut pour l’année en cours, ainsi que le bénéfice des validations acquises.

Combien de fois puis-je réaliser une césure?

Une telle période de césure n’est possible qu’une seule fois pour toute la durée de la formation.

Juridiquement ?

Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 15 et 49.

read more
C’est quoi une césure?

Je souhaite interrompre ma formation : comment dois-je m’y prendre?

On en entend parler, on voit des ami.e.s dans la promotion y avoir recours, on peut nous la proposer, on peut l’utiliser. L’interruption de formation (ou report de formation) est quelque chose que l’on côtoie mais… qu’implique-t-elle vraiment ?

Qu’est-ce que c’est ?

L’interruption de formation est un droit étudiant. Elle est une possibilité que nous avons et dont nous pouvons nous servir à tout moment dans la formation. Elle ne peut pas être refusée, n’y être imposée par une tierce personne.

Il n’y a pas de motifs en particulier pour justifier d’une interruption.

Combien de fois je peux interrompre ma formation ?

Une telle demande n’est possible qu’une seule fois dans la formation. Il est également possible de faire une césure. (cf. La Césure)

Comment faire une demande ?

Elle doit être demandée au/à la directeur/directrice de votre IFSI. Il est recommandé de faire une lettre avec accusé de réception afin d’avoir une trace de la date d’envoi mais surtout de réception de cette lettre.

L’interruption prend effet à partir de la date de réception de la lettre. Une fois la décision actée, il n’est pas possible de revenir en arrière.

Cependant, l’étudiant.e convoqué.e devant une section, devra attendre la décision avant de pouvoir interrompre sa formation.

Juridiquement : Article 15 et 31 de l’Arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux

Que devient tout ce que j’ai fait avant l’interruption ?

Une interruption de formation ne peut excéder trois ans, durant lesquels l’étudiant.e conserve le bénéfice des notes obtenues antérieurement à celle-ci. Au-delà de cette durée, l’étudiant.e perd le bénéfice des validations acquises.

Je veux reprendre, comment ça se passe ?

Le/la directeur/trice de l’institut définit les modalités de reprise de la formation après une interruption de formation.

Il/elle en informe la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des étudiants.

Juridiquement ?

Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 48.

read more
Je souhaite interrompre ma formation : comment dois-je m’y prendre?

Le redoublement : comment ça se passe?

Tous les étudiant.e.s ne valident pas l’ensemble de leurs UE lors d’une année… et certain.e.s se retrouvent à redoubler. Qu’elle qu’en soit la raison, ça n’est pas grave car c’est possible et prévu ! Petit aperçu du fonctionnement.

Comment se réalise le passage ou le redoublement ?

Le passage d’une année à une autre se fait sur un critère : l’acquisition des ECTS, délivrés lors de la CAC (Commission d’Attribution des Crédits). A partir d’un certain nombre, on estime que vous pouvez passer à l’année supérieure.

Tout.e étudiant.e autorisé.e à redoubler conservent le bénéfice des crédits acquis.

La validation d’un semestre est définie par l’acquisition de 30 crédits concernant les Unités d’Enseignements (UE) et stages.

Un.e étudiant.e autorisé.e à redoubler et ayant validé les crédits de ses stages, doit effectuer un stage “complémentaire” afin de pas perdre la main sur la pratique. Ce dernier est défini par l’équipe pédagogique. La section pédagogique s’en voit informée.

Juridiquement : Article 50 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

Le passage de la première à la deuxième année s’effectue par :

  • La validation du semestre 1 et 2
  • Ou la validation de 48 crédits sur 60 répartis sur les deux semestres

Les étudiant.e.s qui ne répondent pas à ces critères et qui ont obtenu entre 30 et 47 crédits au cours de la première année sont admis à redoubler.

Les étudiant.e.s qui ont moins de 30 crédits peuvent être autorisé.e.s à redoubler par le/la directeur/trice de l’institut après avis de la section pédagogique.

Juridiquement : Article 50 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

Le passage de la deuxième à la troisième année s’effectue par :

  • La validation du semestre 1, 2, 3 et 4
  • La validation du semestre 1, 2 et de 48 crédits sur 60 répartis sur le semestre 3 et 4

Note : il faut obligatoirement valider les éléments constitutifs du semestre 1 et 2 pour passer en 3ème année

Les étudiant.e.s qui ne répondent pas à ces critères et qui ont obtenu entre 90 et 107 crédits au cours des deux années sont admis à redoubler.

Les étudiant.e.s qui ont moins de 90 crédits sur l’ensemble des semestres peuvent être autorisé.e.s à redoubler par le/la directeur/trice de l’institut après avis de la section pédagogique.

Juridiquement : Article 51 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

Et pour le passage devant le jury régional pour l’obtention du diplôme ?

Pour être présenté.e au jury régional du DEI, il faut obtenir 150 crédits, qui représentent la validation de tous les éléments constitutifs (UE + stages) des 5 premiers semestres.

Si ce n’est pas le cas, l’étudiant.e doit refaire son semestre 5 en redoublement et se voir diplômé à la session prochaine (c’est-à-dire au mois de mars).

Juridiquement : Article 53 et 60 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

Je veux demander une année de redoublement ?

L’étudiant.e peut formuler une demande pour redoubler son année. Cette dernière est examinée par la section pédagogique.

read more
Le redoublement : comment ça se passe?

Mais c’est quoi les ECTS?

Les ECTS ont été créés pour faciliter la compréhension et la comparaison des programmes d’études des différents pays de l’Union Européenne. Le terme ECTS signifie European Credits Transfer System en anglais, soit système européen de transfert et d’accumulation de crédits en français.

Les crédits sont calculés en fonction de la charge de travail qui prend en compte l’ensemble des cours d’un.e étudiant.e.

Comment sont comptabilisés les crédits ECTS ?

Les crédits ECTS sont accumulés chaque semestre :

  • 1 semestre = 30 crédits donc 1 an = 60 crédits, soit 1500 à 1800 heures de travail.
  • 1 crédit = 25 à 30 heures de travail.

Quels sont les avantages des crédits ECTS ?

Le premier avantage des crédits ECTS est qu’il permet de valider différents niveaux d’études, et ce, même en cas de pause. En effet, si vous arrêtez vos études mais que vous avez validé un certain nombre de crédits ECTS, vous n’aurez pas à repasser les crédits déjà validés en cas de reprise d’études quelques années après. De même, ces crédits peuvent permettre aux établissements de créer des passerelles.

Et comment ça se passe pour les ESI ?

Il y a exactement 180 ECTS correspondant à l’acquisition des 10 compétences de notre formation. Parmis ces 180 ECTS, on peut en compte 120 en lien avec les unités d’enseignement et 60 en lien avec les stages.

Pour valider un semestre, il suffit de valider 30 ECTS. Le passage de première en deuxième année se fait à partir du moment où 48 ECTS sont validés. Le passage de la deuxième à la troisième année se fait par la validation de l’ensemble des ECTS de la première année ainsi que la validation d’au moins 48 ECTS sur la deuxième année.

Les étudiants qui ont entre 30 et 47 ECTS en première année ou entre 90 et 107 ECTS en deuxième année peuvent se voir proposer un redoublement sur avis du conseil pédagogique.

read more
Mais c’est quoi les ECTS?

Le référentiel de formation : UE et compétences

La formation en soins infirmiers est articulée de 36 matières et de 59 unités d’enseignement pour permettre un apprentissage cohérent. Ces unités d’enseignement sont à la fois composées d’enseignements pratiques et théoriques. Ces dernières constituent des compétences définies. Ces compétences sont validées par le biais de la pratique lorsqu’elles sont évaluées en stage, et de la théorie, par la biais des évaluations semestrielles.

read more
Le référentiel de formation : UE et compétences

Association LASEPSI du CHU de Poitiers

Association LASEPSI du CHU de Poitiers

Où sommes nous ?

Notre IFSI se situe au centre du CHU de Poitiers (Vienne). De ce fait, nous sommes assez excentré.e.s du centre-ville et loin des endroits fréquentés par les autres étudiant.e.s poitevin.e.s. mais cela ne nous empêche pas d’être un IFSI et un BDE très actif !  

Notre histoire

LASEPSI est l’Association des Etudiants Pictaviens en Soins Infirmiers. Elle à été crée en 2009 et a comme but premier d’améliorer les conditions d’études des étudiant.e.s en soins infirmiers de Poitiers. Le bureau est composé de 14 ESI représentant les 3 promotions de l’IFSI. Les pôles essentiellement présents dans le bureau tournent autour de la communication, le développement du réseau, les projets sportifs et l’innovation sociale sans oublier le bureau restreint tels que la présidence, le secrétariat ainsi que la trésorerie.

L’association est aussi adhérente à la FNESI et il nous tient à coeur de diffuser les valeurs de cette fédération au sein de l’IFSI. Dernièrement nous avons accueilli les membres du bureau national, les représentant.e.s des associations du conseil d’administration et les membres du collège des élu.e.s pour le conseil d’administration de février 2018.

Nous sommes aussi adhérent.e.s à l’AFEP qui est la fédération étudiante de l’Université de Poitiers et de la Région Poitou Charentes. Ce double maillage nous permet d’être au courant des informations étudiantes de notre filière et de notre région ainsi que de représenter les étudiant.e.s de notre IFSI.

De plus cela nous permet de d’être en contact avec d’autre associations et de pouvoir créer d’autre projets et innover chaque année.

Le projet d’un IFSI, les emblèmes de promotion

Il y a peu de temps des emblèmes et noms de promotions ont été mis en place à l’initiative d’un étudiant de l’IFSI.

Ainsi, nous avons les Pangolins, les Quetzals et les Axolot  pour représenter chaque promotion. Dès qu’une promotion est diplômée et quitte l’IFSI, c’est la promotion entrante qui prend son nom. Cette année, la promotion 20118-2021 est représentée par les Pangolins, la promotion 2017-2020 par les Quetzals et la promotion 2016-2019 par les Axolots !

Ayant notre rentrée en février les noms de promotion se transmettent à ce moment là et dans plusieurs années, nous verrons peut-être les Pangolins de 1ère génération rencontrer les Pangolins de 6ème génération, qui sait ?!

Les projets de notre BDE 

Le BDE LASEPSI de poitiers s’investit sur bon nombre de projets solidaires comme Octobre rose, Movember, le Sidaction, le Téléthon ou le Don du Sang.

Notre bureau oeuvre et innove sur des projets de plus en plus variés dont l’accès au sport ! Nous avons aussi lancé un tutorat ou encore le projet aubergine qui satisfont bon nombre d’étudiant.e.s.

Nous organisons également des évènements festifs pour pouvoir animer la vie étudiante et instaurer une cohésion entre les  différentes promotions !

Enfin, nous travaillons aussi en collaboration avec l’équipe pédagogique afin de défendre nos étudiant.e.s, notre statut, nos droits et nos valeurs.

Alors, si tu passes par Poitiers, n’hésite pas à venir nous rencontrer, nous nous ferons un plaisir de t’accueillir !

read more
Association LASEPSI du CHU de Poitiers

Service Sanitaire : valorisation de la formation en prévention des 2ème année

Service Sanitaire : valorisation de la formation en prévention des 2ème année

D’abord annoncé lors des campagnes présidentielles, le service sanitaire apparaît dès la rentrée de septembre 2018 pour les étudiant.e.s en santé des filières Sciences Infirmières, Médecine, Pharmacie, Maïeutique, Kinésithérapie et Dentaire et s’élargira aux autres filières dans les années à venir.

Mais déjà le Service Sanitaire, qu’est-ce que c’est ?

Le service sanitaire s’inscrit au sein des cours obligatoires relatifs à la formation en prévention primaire de la santé, cours qui concernaient déjà la plupart des filières de santé. Il se fera en interprofessionnalité et interdisciplinarité et se décompose en 3 parties :

–          Une partie théorique lors de laquelle les étudiant.e.s en santé prépareront et planifieront une action de santé publique après avoir analysé quelle en serait la cible

–          Une mise en pratique de leur action sur un lieu de stage

–          Une évaluation de leur action

Le service sanitaire a une durée de 3 mois en temps partiel et en discontinu ; cela correspond à 105h de formation théorique et 105h de formation pratique. Pour les étudiant.e.s en soins infirmiers, ces heures seront réparties sur les 2 premières années de formation.

Qui sera concerné.e ?

Le service sanitaire se mettra en place pour les étudiant.e.s en santé, et ce, en deux temps :

  • En Septembre 2018, il concernera les étudiant.e.s en médecine, pharmacie, maïeutique, masso-kinésithérapie, dentaire et sciences infirmières.
  • En Septembre 2019, il concernera, en plus des étudiant.e.s précédemment cité.e.s, les étudiant.e.s orthophonistes, ergothérapeutes, audioprothésistes, psychomotricien.ne.s et orthoptistes.

Les étudiant.e.s en soins infirmiers entrant en 2ème année à la rentrée de Septembre 2018 seront les premier.e.s concerné.e.s par le service sanitaire. Ainsi, les étudiant.e.s entrant en 3ème année de Soins Infirmiers en Septembre 2018 ne le seront pas.

Objectifs et Enjeux

Mais quels sont donc les principaux objectifs du Service Sanitaire ? Et quels en sont les enjeux ?

Aujourd’hui, les autorités  sanitaires tendent à renforcer la prévention primaire. La politique actuelle s’articule autour de la promotion des comportements favorables à la santé dans le but de limiter toujours plus la survenue de pathologies évitables. Ainsi, il devenait nécessaire de sensibiliser davantage les futur.e.s professionnel.le.s de santé dans des démarches de prévention primaire.

Les objectifs du service sanitaire s’articulent donc en plusieurs axes, eux-mêmes découlant de problématiques actuelles de santé publique :

  • Initier les futur.e.s professionnel.le.s de santé aux enjeux de la prévention primaire
  • Acquérir la compétence commune pour tou.te.s les futur.e.s professionnel.le.s de santé à conduire des actions de préventions
  • Permettre la réalisation d’actions concrètes de prévention primaire
  • Contribuer à des temps d’interprofessionnalité entre étudiant.e.s de santé
  • Permettre un apprentissage du travail sur un mode de projet
  • Diminuer les inégalités sociales de territoires.

Le Service Sanitaire devra respecter et renforcer ce qui existe déjà. Il n’est pas là pour alourdir la formation mais pour la modifier et l’enrichir en actions de prévention.

Enjeux

Le service sanitaire en tant que tel permet de valoriser, pour beaucoup, les actions que les instituts menaient déjà. L’aspect de l’interprofessionnalité et de l’interdisciplinarité est nouveau et pourra permettre une formation plus riche et une meilleure prise en charge des patient.e.s à l’avenir. Toutefois, cet axe est complexe à mettre en place et il sera important d’y veiller.Aussi, le service sanitaire et le savoir faire dont les acteurs de notre formation font preuve sur le sujet représente une vraie preuve de l’expertise infirmière et un argument supplémentaire à l’idée de poursuivre nos efforts dans le but d’arriver à la création d’une vraie filière en sciences infirmières.

Les thématiques

Afin d’élaborer au mieux ce service sanitaire, des thématiques prioritaires ont été identifiées et ce, en lien avec les besoins nationaux relevés dans la population. Ainsi, les étudiant.e.s concerné.e.s par ce dispositif s’attarderont sur :

  • La nutrition tout au long de la vie
  • L’activité physique
  • Les addictions (alcool, tabac, drogues illicites)
  • L’éducation à la sexualité.

Ce sont des thèmes nationaux, mais il ne faudra pas forcément s’arrêter à ceux-ci. En effet, afin de rendre efficiente l’action réalisée, il est hautement préconisé de rechercher en amont les besoins de la population cible. Ainsi, les problématiques locales pourront être traitées, même si elles n’ont pas de lien avec les thématiques nationales. Cependant, ces dernières étant très larges et reflétant les besoins à l’échelle nationale, les actions peuvent s’inclure aisément dans celles-ci. Il est important de noter que l’étudiant.e  pourra choisir son thème en fonction des problématiques identifiées.

Ce service sanitaire se concentrera sur la prévention primaire, soit la prévention faite auprès des personnes saines avant l’apparition de la maladie. Le dépistage est donc exclu mais la promotion de celui-ci pourra se faire  !

La théorie

 

La théorie correspond au premier temps du Service Sanitaire et dure l’équivalent de  3 semaines.

Pour ce qui nous concerne, la partie théorique se fera en lien avec l’UE 1.2.S1 et S2 et l’UE 4.6.S3 en intégrant des TD et TPG. Elle portera sur un apport de connaissances théoriques et sur la préparation de l’action à faire en stage.

Les connaissances théoriques apportées à l’IFSI seront ciblées sur les déterminants de santé, les techniques d’animation et les modèles de représentation et d’écoute. Comme vous pouvez le voir, ce sont déjà des notions que nous abordions en cours, il n’y aura donc pas de grands changements sur ce point-là.

Des outils nationaux, en lien avec Santé Publique France pourront être mis en place afin d’accompagner les étudiant.e.s dans la mise en place de l’action.

Ce qui est évoqué jusqu’à maintenant c’est la mise en place:

–          D’un guide méthodologique sur la prévention et la promotion de la santé

–          De fiches supports

–          De kits

Tous ces outils seront mis à disposition mais ne seront pas imposés aux étudiant.e.s.

Bien évidemment, la FNESI vous accompagnera et mettra à disposition des éléments d’information voire même des formations sur le “mode projet” mais aussi des exemples d’actions à effectuer.

Les stages

Les lieux seront, proposés par les comités de pilotage régionaux et agréés par l’université ou l’institut de formation et ce en lien avec les acteurs concernés.

Le/la directeur/trice de l’UFR (Unité de Formation et de Recherches) ou de l’institut de formation est responsable de l’organisation pédagogique et administrative du Service Sanitaire (calendrier, objectifs pédagogiques, choix des structures d’accueil).

La direction de la structure d’accueil est, elle, responsable de la gestion administrative de la réalisation de l’action de prévention (cela concerne donc les conditions d’accueil, la charte d’encadrement,…).  Les conditions de réalisation de l’action de prévention font l’objet d’une convention entre la structure d’accueil et le/la directeur/trice de l’UFR ou de l’IFSI.

L’étudiant.e bénéficiera alors d’un double encadrement. Il/elle sera encadré.e sur les trois étapes par un.e référent.e de proximité présent.e dans chaque lieu de stage et par un.e responsable pédagogique de formation rattaché.e à l’IFSI.

Les lieux de stages n’ont aucune obligation d’accueillir des étudiant.e.s pour le service sanitaire. Cependant, lorsqu’ils les accueilleront, ils devront établir des conventionnements avec les universités ou IFSI pour cadrer ce stage.

Ces lieux sont très diversifiés et peuvent comprendre  les écoles, collèges, lycées et universités mais aussi les associations, PMI, EHPAD, les centres pour personnes en situation de handicap, centre de détention… Une multitude de lieux peut être envisagée.

Pour autant, il est nécessaire qu’au moins un.e infirmier.e soit présent.e sur le lieu de stage, même si d’autres professionnel.le.s pourront être amené.e.s à encadrer l’étudiant.e.

Les 3 semaines de stage du service sanitaire seront incluses dans le stage de « Soins individuels et collectifs et service sanitaire». Les semaines restantes pour cette catégorie de stage pourront être agencées différemment en fonction des IFSI. Le stage de Service Sanitaire pourra donc être intégré à un stage faisant au total 5 semaines, par exemple.

Le stage sera choisi par l’étudiant.e en fonction des possibilités.

L’évaluation

Quand on parle d’évaluation, il faut en distinguer plusieurs types :

  • La validation de son service sanitaire par l’étudiant.e : Pour cela, il/elle devra valider les unités d’enseignements en lien avec le service sanitaire et valider le stage.
  • L’évaluation de l’impact de l’action : en plus du retour d’expérience que les étudiant.e.s effectueront auprès de la population cible et des référent.e.s (du lieu de stage et de l’IFSI), il devrait y avoir une évaluation nationale sur l’impact du service sanitaire sur la population en lien avec Santé Publique France et le Comité de Pilotage National.

Aussi, il se pourrait qu’une évaluation de satisfaction nationale devra être remplie obligatoirement par les étudiant.e.s. Ainsi, ils/elles pourront rendre compte de manière anonyme de la qualité de l’encadrement et les modalités de leur action.

Les indemnités de stages et le remboursement des frais kilométriques

L’action concrète se faisant durant un stage de 3 semaines, les indemnités de stage restent inchangées et s’apparentent aux stages classiques de notre formation.

Ces indemnités sont donc de 38 euros hebdomadaire en deuxième année à quoi vous rajouterez des indemnités kilométriques si vous êtes concerné.e.s par un déplacement. Si à l’issue de votre stage, vous ne recevez pas vos indemnités correctement, contactez-nous à vosdroits@fnesi.org !

Les comités stratégiques régionaux

Afin de coordonner le service sanitaire dans chaque territoire, des comités stratégiques régionaux seront mis en place. Ces derniers seront co-présidés par le/la directeur/trice général.e de l’ARS et par le/la recteur/trice de la région académique. Ils seront également composés :

  • des représentant.e.s des administrations et collectivités
  • des directeurs/trices des unités de formation et de recherche et des structures de formation
  • les étudiant.e.s concerné.e.s. .

Les étudiant.e.s en soins infirmiers représentent plus de 60% des étudiant.e.s réalisant le service sanitaire et sont les plus formé.e.s et les plus sensibilisé.e.s à la prévention. Il est donc primordial qu’ils/elles soient présent.e.s dans ces comités.

Nos points de vigilance

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Le décret et les arrêtés encadrant le service sanitaire sont sortis le 12 Juin dernier. Cependant, malgré ce cadrage, des vigilances sont de mise :

Les supports pédagogiques se créent tardivement. Ainsi, les groupes de travail sur le territoire ont commencé à se saisir de la situation en oubliant de concerter les étudiant.e.s infirmiers et les représentant.e.s des IFSI.

Les fondements du service sanitaire, pensé comme étant vecteurs de projets et permettant la construction complète de l’action par l’étudiant.e sont de plus en plus oubliés, au profit d’un modèle simpliste qui entrave l’intérêt pédagogique de ce service sanitaire.

Aussi, bien que les notions entourant les thématiques nationales sont importantes à acquérir, elles ne doivent pas prendre la place des cours entourant les techniques d’animations et de transmission de prévention.

Enfin, l’organisation de ce service sanitaire, que ce soit dans les groupes de travails ou dans les comités stratégiques ne peut se faire sans la présence et la participation des étudiant.e.s en soins infirmiers et des représentant.e.s des IFSI.

Si vous avez des questions ou des remarques sur ce sujet, envoyez un mail à sesa@fnesi.org.

Cyrielle GARREAULT, Vice-Présidente en charge de l’Innovation Sociale et coordinatrice du SeSa

Sophie ROUCHER, Vice-Présidente en charge des Publications et de la Culture

read more
Service Sanitaire : valorisation de la formation en prévention des 2ème année

Nouvelles modalités d’accès à la formation : suppression du concours et passage par ParcourSup

Nouvelles modalités d’accès à la formation : suppression du concours et passage par ParcourSup

Comme les Ministres l’ont annoncé ce 5 Juillet dernier, le concours d’entrée aux études en soins infirmiers est supprimé pour permettre une pré-inscription aux postulant.e.s via la plateforme ParcourSup.
Evidemment dans ces délais restreints, nous sommes particulièrement vigilant.e.s à ce qu’aucun.e étudiant.e ne se sente lésé.e. En effet, certain.e.s avaient déjà fait le choix d’une classe préparatoire à la rentrée 2018 à l’annonce de la fin du concours.
Pour cela, nous souhaitons que pour cette année de transition, les élèves ayant participé à des préparations soient valorisé.e.s. Tout l’été nous avons répondu présent.e.s pour informer et conseiller les néo-bachelier.e.s ou personnes en reconversion s’inquiétant des nouvelles modalités d’admission dans la formation en Soins Infirmiers.

A l’heure actuelle, les modalités de classement sont toujours en discussion. Notre fédération travaille pour que ParcourSup soit ouvert à tous types de personnes. Cependant, les pièces constitutives du dossier devront permettre de prendre en compte les différents parcours possibles du/de la postulant.e : ainsi le système valorisera les postulant.e.s en fonction de leurs activités extra scolaire ou professionnelles afin de mettre en avant un engagement associatif, un investissement sportif ou encore une activitée dans le milieu de la santé. Ainsi, on pourra dépasser le simple classement scolaire par les notes et permettre aux néo-bachelier.e.s comme aux personnes en reconversion d’avoir toutes leurs chances d’intégrer la formation !  

Mais pourquoi en arrive-t-on à tout changer ?

Le concours était le moyen de sélection utilisé depuis des années pour entrer dans la formation en soins infirmiers, pourtant, il était loin de faire ses preuves.

En effet, celui-ci était composé de deux épreuves : un oral, un écrit. Cependant, l’écrit, composé lui-même de tests psychotechniques et d’une synthèse écrite, n’a, en réalité, aucun rapport avec la formation et son contenu. L’oral, quant à lui, a trop souvent été décrit par les étudiant.e.s comme étant un moment de stress et de malaise, libre à tous types de discriminations. Alors, nous posons la question : peut-on vraiment juger de la capacité de quelqu’un à entrer dans une formation sur un oral de 20 minutes ?

Le concours était payant. Cela signifie que plus les personnes ont des moyens de financer des concours, plus ils avaient la chance d’entrer dans la formation. Ce phénomène est également catalysé par le biais des prépas, dont la majorité sont payantes. Nous pouvions ainsi augmenter notre potentiel à réussir les épreuves proportionnellement aux moyens financiers que nous avions pu investir. Ce moyen de sélection était en réalité une réelle inégalité sociale tandis que le passage par ParcourSup permettra aux étudiant.e.s qui le souhaitent de tou.te.s pouvoir prétendre à obtenir une place dans un établissement de l’enseignement supérieur de leur choix.

  • Pour une meilleure orientation des élèves

 

Le fait de permettre aux élèves de pouvoir candidater sur ParcourSup afin d‘entrer dans la formation en soins infirmiers leur permettra d’avoir accès aux multiples choix d’études de santé  et il sera plus aisé d’être en pleine possession de ces informations avant de faire son choix. Celui-ci n’en sera que plus adapté.

Les postulant.e.s auront ainsi accès aux attendus de la formation qui correspondent aux compétences permettant aux étudiant.e.s de réussir dans la formation.  

  • L’organisation de la formulation des voeux

Lors de l’inscription sur la plateforme et de la formulation des voeux, les élèves pourront sélectionner le voeu “IFSI” parmi les 10 voeux de formations possibles. Certains voeux, notamment le voeu IFSI, est composé de sous voeux : 10 sous voeux par voeu sont possibles pour 20 sous voeux maximum au total.

Une fois que les voeux seront sélectionnés par les postulant.e.s sur la plateforme, nous souhaitons que le traitement des dossiers soit examiné à l’échelle d’un territoire universitaire directement, et ce, pour plusieurs raisons. En effet, au vue de notre maillage, il est plus intéressant pour les IFSI de mutualiser leurs ressources pour étudier les dossiers des postulant.e.s. D’autant plus, si un.e étudiant.e choisi les 10 IFSI rattachés à une même université, il s’agirait d’un gâchis de temp et de moyens énormes si les établissement devaient étudier chacun de leur côté le même dossier.

L’ensemble des demandes réalisées dans les IFSI seront donc examinées dans un même ensemble. Une fois les dossiers classés, les réponses seront données sur ParcourSup’ et les acceptations des postulant.e.s seront faites au fur et à mesure de l’avancée dans le classements, ainsi ces dernier.e.s recevront les “oui” ou “oui si” en fonction des capacités d’accueil des établissements. Les postulant.e.s ne recevant pas de réponses “Oui” ou “Oui Si” resteront en attente.

J’ai formulé des voeux en IFSI et je n’ai pas été retenu.e ni dans ces voeux, ni dans les autres voeux que j’ai formulé : comment puis-je faire?

Il existe des procédures complémentaires : il suffit de contacter le/la recteur/trice de ton académie afin que ton dossier soit étudié à nouveau pour obtenir une place dans un établissement de l’enseignement supérieur.

Lors de notre Assemblée Générale de mi-mandat, nous avons demandé aux participant.e.s de nous montrer combien ils/elles avaient passé de concours chacun.e.s. Le constat est sans appel.]

Lucie LEON, Vice-Présidente en charge de l’Enseignement Supérieur

read more
Nouvelles modalités d’accès à la formation : suppression du concours et passage par ParcourSup