Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers

L'association représentative des 90 000 étudiant.e.s en soins infirmiers de France

Le Processus de Bologne dans la formation en Soins Infirmiers

Le Processus de Bologne dans la formation en Soins Infirmiers

Depuis 2009, notre formation en soins infirmiers s’inscrit dans un système Licence, Master, Doctorat, dit système LMD. Ce système se veut commun entre une grande partie des pays d’Europe dont la France a été le chef de file, avec l’objectif de création d’un “Espace Européen de l’Enseignement Supérieur”.

Cet espace, ainsi que toutes les initiatives qui y sont rattachées, sont encadrées par le Processus de Bologne.

Mais, qu’a changé le Processus de Bologne, concrètement ?

Depuis 1999, date des débuts du Processus, les ECTS (European Credit Transfert System) permettent une équivalence des unités d’enseignements entre les différents pays européens, facilitent la mobilité des étudiant.e.s et l’évaluation des formations. Il permettent de reconnaître les diplômes français au niveau européen.

        Le Processus de Bologne est en perpétuelle évolution. Les acteurs de ces développements ne se limitent pas aux ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et aux organisations internationales présentes dans le groupe de suivi ; mais aussi à vous, étudiant.e.s qui vivez votre formation au quotidien.

De plus, tous les deux ou trois ans, différents objectifs sont  analysés et réévalués, à l’occasion des conférences ministérielles, moment crucial de réunion, fort d’un signal de collaboration internationale.

En quoi le processus de Bologne influence-t-il notre formation en Soins Infirmiers ?

L’intégration universitaire progressive de notre formation rend difficile les parallèles entre les applications directes du Processus et notre formation. Cependant, elle permet désormais à certain.e.s étudiant.e.s en soins infirmiers de siéger dans les conseils de nos universités et ainsi de participer aux décisions de la vie universitaire et de représenter nos étudiant.e.s au sein des instances. Dans une autre sphère le Processus de Bologne a favorisé et encouragé la formation et l’enseignement par nos pairs que nous vivons au quotidien.

Enfin, l’organisation de notre formation, sous forme de compétences et d’Unités d’Enseignement découle elle aussi du Processus de Bologne ! Et, comme dit plus tôt, ce sont ces Unités d’Enseignements qui, validées, sont reconnues dans les pays signataires de ce Processus, facilitant notre mobilité et ce même pour nous, étudiant.e.s en soins infirmiers !

Un peu d’actualité

Les 23, 24 et 25 mai dernier, s’est déroulée à Paris la conférence ministérielle du Processus de Bologne et à la même occasion l’anniversaire des 20 ans de la Déclaration de la Sorbonne ayant menée au Processus de Bologne.

Lors de cette conférence, un bilan des années précédentes a pu être fait, de nouveaux objectifs ont pu être fixés et seront à atteindre d’ici à 2020. Il a été demandé au Bologna Follow Up Group (groupe de suivi des avancées du Processus de Bologne) de faire un état des lieux des objectifs futurs concernant la coopération entre les établissements de l’enseignement supérieur, les étudiant.e.s, le personnel universitaires ainsi que pour la gouvernance des établissements de l’enseignement supérieur. Concernant la mobilité, une enquête sera réalisée pour identifier jusqu’à quel point les objectifs de la conférence de Louvain (2009) ont été atteints.

La prochaine conférence ministérielle se déroulera en 2020 en Italie.

 

Valentin FAUCONNIER, Vice-Président en charge des Affaires Internationales

Le Processus de Bologne dans la formation en Soins Infirmiers
Share this post