Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers

L'association représentative des 90 000 étudiant.e.s en soins infirmiers de France

Les Infirmier.e.s de Pratiques Avancées, KEZACO ?

          Les Infirmier.e.s de Pratiques Avancées (IPA) sont une réponse à un défi basé sur des missions de santé de plus en plus actuelles comme le vieillissement de la population ou les maladies chroniques et entraînant une difficulté d’accès aux soins. Ces problématiques ont provoqué une réflexion sur l’évolution des métiers visant à obtenir une meilleure adéquation entre la demande et l’offre de soins. Pour cela, suite à la formation initiale d’IDE, un élargissement du champ de compétences sous forme de Master permettrait d’acquérir des connaissances théoriques ainsi que le savoir-faire nécessaire aux prises de décisions complexes. Ce nouvel apport, aboutissant à la création des IPA, s’oppose à une hyperspécialisation car il ne cantonne pas le/la professionnel.le dans un domaine mais il lui permet d’avoir une expertise globale de la prise en charge du/de la patient.e durant l’intégralité de son parcours de soin.

          Quatre champs complémentaires se voient concernés. Premièrement, la pratique clinique, correspondant à la proximité avec le patient et ses proches. Deuxièmement, la consultation, où d’autres professionnel.le.s peuvent solliciter son intervention et son expertise sur les situations complexes rencontrées. Troisièmement, la formation car les IPA sont vecteurs de développement professionnel continu et de recherches perpétuelles au coeur de la pratique et du terrain. Et dernièrement, la recherche car cette profession intermédiaire se trouve entre le monde de la recherche et celui de la pratique, permettant de transmettre les problèmes identifiés sur le terrain aux chercheur/euse.s pour la production de nouveaux savoirs.

1 - Pour vous, qu'est-ce que les IPA ?

  • Les IPA sont un moyen de répondre aux problématiques de santé dans un pays, même si ces problématiques varient nous pouvons toujours observer des similarités, dans les autres pays où la pratique avancée est déjà mise en place​, des infirmier.e.s qui grâce à une base de connaissance solide ont pu développer une expertise dans la prise en soin du patient grâce à un champ de compétences plus large. Leur rôle varie entre la recherche et un rôle intermédiaire entre les médecins et les infirmier.e.s des services car ils/elles bénéficient d’un socle de connaissances approfondies.

Thomas Ruiz – Hidalgo – ESI de 3ème année au CHU Amiens – Picardie et Président de la CéIA – Corporation des étudiant.e.s Infirmier.e.s d’Amiens

  • Des IDE qui, grâce à une formation plus longue et universitaire acquièrent des compétences et des savoirs élargis.

Arnaud ROBERT – IDE aux Urgences de Lyon

  • Autonomie, expertise, leadership

Florence Ambrosino – IDE possédant un master en sciences infirmières

2 - Comment voyez-vous le.s lien.s entre cette profession intermédiaire et les autres professions en santé (médicales et paramédicales) ?

  • Leur statut leur permettra d’être plus à même de prendre en soin des patient.e.s avec un parcours plus complexe ou de conseiller les autres professionnel.le.s de santé médicaux et paramédicaux sur la meilleur prise en soin à adopter.

Thomas Ruiz – Hidalgo – ESI de 3ème année au CHU Amiens – Picardie et Président de la CéIA – Corporation des étudiant.e.s Infirmier.e.s d’Amiens

  • Un lien entre les professions médicales et paramédicales. Même si actuellement il s’agit surtout de santé publique ou d’éducation à la santé, il serait intéressant d’avoir des équivalents en France des “super nurse” anglaise ou des “paramedics” américains, qui diagnostiquent et prescrivent.

Arnaud ROBERT – IDE aux Urgences de Lyon

  • L’IPA, en réponse à des besoins en santé divers et actuellement non couverts, va venir apporter des soins experts dans les champs d’éducation, de prévention, de dépistage, de suivi de patient.e.s chroniques. Il/Elle devra, grâce à son activité dérogatoire, avoir la possibilité d’orienter le/la patient.e selon les résultats de son examen clinique, et saura également grâce à des prescriptions d’examens complémentaires pertinents, aider au diagnostic médical. Il/Elle peut être initiatrice de groupe de réflexion ou d’analyse de pratique auprès de ses pairs ainsi qu’évaluer les besoins en formation d’une équipe. Dans le parcours ce sera un.e référent.e, une personne ressource qui aidera le/la patient.e et son entourage à s’orienter ou cheminer pendant sa maladie.

Florence Ambrosino – IDE possédant un master en sciences infirmières

3 témoignages ; 3 regards

Pourquoi est-ce une poursuite d’étude qui t’intéresse ?

Je suis intéressé par ces études, car ayant un parcours scientifique, j’aime approfondir certains domaines du soin que j’affectionne particulièrement et je pense que les IPA peuvent être une vraie solution aux problématiques de santé en France. De plus, la recherche est un exercice auquel j’ai pu m’essayer lors de mes précédentes études et  je souhaiterai le valoriser dans l’exercice de ma profession.

Thomas Ruiz – Hidalgo – ESI de 3ème année au CHU Amiens – Picardie et Président de la CéIA – Corporation des étudiant.e.s Infirmier.e.s d’Amiens

  • Comment voyez-vous s’inscrire cette profession intermédiaire dans le parcours de soins d’un.e patient.e ?

Là, c’est plus compliqué. En santé publique pas avec le patient. En éducation thérapeutique dans la plupart des services avant la sortie pour “continuer” le travail une fois les patient.e.s à domicile. Les IPA en gériatrie ou en oncologie peuvent avoir un regard expert et s’inscrire dans une prise en charge pluridisciplinaire plus efficace avec les médecins.

Arnaud ROBERT – IDE aux Urgences de Lyon

  • Qu’est-ce qui vous a poussé à effectuer ce master et que vous a-t-il apporté ?

Mes motivations étaient de découvrir quelque chose de nouveau, une voie de carrière différente des spécialités, une façon d’approfondir des concepts infirmiers en étant sur de la recherche et de la qualité. Je suis motivée par la défense et la valorisation de la profession infirmière, la pratique avancée en étant un pan. Ce cursus correspond à une recherche de sens… un questionnement sur notre pratique. Ce que je faisais, le faisais-je bien ? Pouvais-je le faire mieux ? Comment ? D’autres façons d’exercer, plus autonomes, réflexives, éthiques…

Il m’a apporté une capacité de raisonnement, de la réflexivité, des principes éthiques et législatifs sur lesquels m’appuyer, une prise de recul sur ma pratique et le concept de prise en charge globale et centrée sur le patient, de la méthodologie également, une meilleure connaissance des systèmes de santé, de la démarche qualité et des réactions humaines.

Florence Ambrosino – IDE possédant un master en sciences infirmières

 

 

Lisa HELIOU, vice-présidente en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Les Infirmier.e.s de Pratiques Avancées, KEZACO ?
Share this post