Non classé

Note d’instruction interministérielle

Prêt et entretient gratuit des tenues professionnelles des ESI et EIPA


Depuis trop longtemps, les ESI sont victimes de facturations illégales de frais de location et d’entretien des tenues professionnelles lors de leur inscription en IFSI. En 2020, c’est en moyenne 73€ qui est demandé aux ESI à leur inscription.

Depuis trop longtemps, les ESI et EIPA, par désengagement des lieux de stage, sont contraint·e·s d’entretenir ce mêmes tenues de stage à domicile ou en lavomatiques publics. En 2020, alors que la crise sanitaire de la COVID-19 fait rage partout en France, 53% des ESI et EIPA se voient obligé·e·s d’entretenir leurs tenues à domicile.

Ces conditions de formation venaient mettre en danger tant la santé financière et physique des ESI et EIPA, que l’état de santé des patient·e·s et de leur entourage.

Après les concertations du Ségur de la Santé et des semaines de négociations intenses, la FNESI a su faire entendre la voix des étudiant·e·s en sciences infirmières qu’elle représente.

Au 5 septembre 2020, l’ensemble des établissements d’accueil en stage doivent obligatoirement assurer gratuitement le prêt et l’entretien des tenues de chaque ESI et EIPA en stage.



CDP 07/09/2020 – Victoire de la FNESI : les tenues désormais fournies et entretenues gratuitement


Note d’instruction interministérielle du 05/09/2020


    read more

    Lettre ouverte au Président de la République

    Lettre ouverte au Président de la République

    Le 13 juillet 2020, le président de la FNESI adresse une lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République


    Cliquez sur l’une des pages pour accéder à la lettre entière

    Cliquez sur l’une des pages pour accéder à la lettre entière


      read more
      Lettre ouverte au Président de la République

      Modalités d’accès à la formation en soins infirmiers : Parcoursup

      Modalités d’accès à la formation en soins infirmiers : Parcoursup

      Suite aux annonces du Ministère de l’Enseignement Supérieur en 2017, le concours d’entrée aux études en soins infirmiers a été supprimé pour permettre une candidature aux postulant·e·s via la plateforme Parcoursup.


      Cette plateforme s’adresse aussi bien aux élèves de Terminale, qu’aux étudiant·e·s souhaitant se réorienter ou aux personnes en reconversion professionnelle ayant le baccalauréat ou son équivalence postulant en formation initiale.

      Parcoursup est une plateforme numérique permettant aux candidat·e·s de postuler dans l’ensemble des formations de l’enseignement supérieur inscrites sur Parcoursup selon plusieurs critères :

      • Les résultats scolaires.
      • La fiche avenir.
      • La rubrique personnelle.

      Sur Parcoursup vous trouverez l’ensemble des IFSI existant sur le territoire français qui sont regroupés par Groupement de Coopération Sanitaire (GCS). Ce GCS regroupe des IFSI d’un même territoire universitaire et qui sont rattachés à la faculté de santé la plus proche.

      Les phases de candidature sur Parcoursup se déroulent en différents temps :

      • Inscription sur la plateforme.
      • Candidature dans les formations de l’enseignement supérieur.
      • Examen des vœux par les établissements.
      • Phase de réponse et de validation des vœux.

      Les attendus

      Beaucoup d’amalgames sont faits sur cette notion, il ne s’agit ni plus ni moins d’informations destinées aux futur·e·s étudiant·e·s.

      Les informations disponibles sur Parcoursup :

      • le coût de la formation
      • les contenus et l’organisation des enseignements
      • les attendus de la formation
      • les différentes possibilités de poursuites d’études de la formation, les métiers auxquels conduit la formation, etc
      • les capacités d’accueil, les taux d’admission


      Avant la procédure d’inscription, la plateforme permet de se renseigner sur l’ensemble des formations existantes et donc de préparer son projet d’orientation.

      L’inscription sur la plateforme se fait en accédant au site internet et en créant un compte. Il faudra se munir du numéro d’Identification National Étudiant·e (INE) qui se trouve sur le bulletin scolaire ou sur le relevé de note pour les élèves en terminale ou sur le relevé de Baccalauréat pour les personnes l’ayant obtenu.

      Cette inscription se déroule souvent en début d’année calendaire et s’étend sur quelques semaines. 

      L’ouverture des candidatures fait suite à l’inscription administrative sur la plateforme. Ce temps est dédié à rentrer l’ensemble des vœux des formations dans lesquelles les candidat·e·s souhaitent potentiellement s’orienter. Dans un premier temps ces vœux n’engagent à rien et ne sont pas définitifs, c’est-à-dire qu’il est toujours possible d’en ajouter/supprimer/modifier.

      Ce n’est que dans une deuxième période qu’il faudra valider définitivement les vœux en respectant bien les délais pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

      En ce qui concerne la formation en soins infirmiers, elle possède quelques particularités

      • Candidater dans un Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) permet de candidater dans l’ensemble des IFSI rattachés à la même Université, ne comptabilisant ainsi qu’un seul vœu. Il faut alors sélectionner un vœu initial et plusieurs sous-vœux.
      • Il n’est pas possible de candidater dans plus de 5 groupements d’université différents.

      L’examen des vœux par les établissements se fait après validation définitive des vœux. C’est le moment où les établissements dans lesquels des candidatures ont été proposées vont étudier le dossier afin de pouvoir donner une réponse dans les plus brefs délais.

      Les critères pris en compte sont les suivants :

      • Les résultats scolaires des relevés de note de Première et Terminale ainsi que du Baccalauréat.
      • La fiche avenir, cette fiche se compose de l’avis du chef d’établissement, de l’avis du conseil de classe se basant sur les bulletins scolaires de Première et des deux premiers trimestres de Terminale.
      • La rubrique personnelle, qui se compose du Curriculum Vitae du·de la candidat·e, des centres d’intérêts et du projet de formation motivé. Cette rubrique est très importante et il nécessaire de prendre le temps de la remplir correctement car ce sont des éléments aussi importants que les autres critères.

      En ce qui concerne la formation en soins infirmiers, les vœux sont examinés par les différents IFSI de l’Université. De ce fait une acceptation dans un IFSI est valable pour l’ensemble des IFSI de l’Université. En revanche la position dans la liste principale ou dans la liste d’attente pourra être différente en fonction des instituts de formations.

      Cette période s’étend de la fin de validation des vœux jusqu’à la fin de la phase d’admission principale. Elle se déroule en plusieurs sous-étapes importantes.

      A partir de la date de réception des premières réponses, un délai pour y répondre débute. Ce délai est communiqué avec la réponse. Dans un premier temps, le délai est de 5 jours pour répondre, puis 4 jours et enfin 3 jours. Ce temps permet d’avoir une réflexion pour valider, mettre en attente ou refuser une réponse.

      Il est possible de recevoir 3 réponses différentes de la part de l’établissement, il faudra être attentif·ve à vérifier les notifications sur le site internet Parcoursup, l’application et par mail : 

      • Oui : Dans ce cas-là, acceptation au sein de l’établissement dans lequel la candidature a été faite.
      • Oui si : Encore très peu mis en place au sein des IFSI, le “oui si” permet d’être accepté sous des conditions particulières, par exemple en suivant un parcours aménagé permettant de faire évoluer des compétences nécessaires à l’entrée en formation.
      • Non : Dans ce cas-là, l’admission dans l’établissement est refusée.
      • En attente : Acceptation dans la formation mais il y a de nombreuses demandes et le·la candidat·e est donc inscrit·e en liste d’attente. Il faudra patienter pour ce vœu jusqu’à atteindre la liste principale. Il ne faut pas s’inquiéter mais bien rester vigilant·e aux autres vœux pour ne pas perdre une opportunité.

      Lorsque vous répondez à une réponse vous avez plusieurs possibilité :

      • Valider un vœu, la procédure est terminée et il faut se rapprocher de l’établissement concerné pour effectuer l’inscription administrative définitive.
      • Mettre un vœu en attente, le délai est repoussé pour donner une réponse définitive.
      • Refuser un vœu, il est automatiquement supprimé et il n’est plus possible d’y revenir.


      Phase complémentaire

      Dans le cas où aucun des vœux n’a été accepté, il est possible de participer à la phase complémentaire de Parcoursup. Dans ce cas-là, à partir de l’ouverture de cette phase, il faut formuler de nouveaux vœux. 

      Cette phase s’étendra jusqu’à début septembre et permet d’avoir une chance supplémentaire pour accéder à des formations de l’enseignement supérieur. Lors de la réponse de la part de l’établissement, il y a seulement quelques heures de délai pour valider ou refuser un vœu.

      En cas de question ou pour tout renseignement, contactez-nous par mail à parcoursup@fnesi.org !


        read more
        Modalités d’accès à la formation en soins infirmiers : Parcoursup

        Guide de l’Orientation

        Guide de l’Orientation

        Rendre les élèves acteurs/trices de leur orientation et de la découverte du monde de la santé, c’est aussi leur donner la ​possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances. 

        Au delà des connaissances théoriques en lien avec les formations de santé, l’objectif serait de privilégier les aspects pratiques, donner l’occasion d’a​pprendre sur le terrain et par ses pairs, montrer à chacun.e les facettes de sa future profession. Le but ultime est de promouvoir ensemble, la communication de ces informations et favoriser ainsi l’orientation d’un plus grand nombre.​

        Un constat qui est d’actualité concernant les formations de santé et en lien avec la complexité du monde de la santé : les ​abandons, réorientations ou orientations par défaut, dûs à une image biaisée des formations de l’enseignement supérieur, de ce monde et de son fonctionnement. Il est indispensable de prendre des mesures préventives face à ces constats. En amont des études supérieures, il est nécessaire que le système français mette à disposition les outils nécessaires à une orientation efficiente​.

        L’enjeu de ce guide est de dresser un panorama non exhaustif des formations de santé proposées dans l’enseignement supérieur, avec comme objectif de permettre d’identifier des repères utiles pour élaborer le parcours de formation le plus adapté, selon le diplôme visé et/ou la profession envisagée.

        Après le baccalauréat, de nombreux établissements proposent des parcours. Ils  préparent à une quinzaine de parcours et délivrent un Diplôme d’Etat ou un certificat. Leur durée peut varier de une à 10 années d’études .

        read more
        Guide de l’Orientation

        Coût de la Rentrée 2019 en IFSI

        Coût de la Rentrée 2019 : une marginalisation des ESI encore plus prononcée

        Chaque année, la Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers réalise un indicateur du coût de la rentrée afin d’évaluer le coût de l’entrée en formation en soins infirmiers pour les étudiant.e.s primo-entrant.e.s. Si tu souhaites le consulter, tu peux cliquer ici.

        Cet indicateur est calculé en collaboration avec la Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE). Cette année, l’indicateur du coût de la rentrée pour les étudiant.e.s en soins infirmiers s’élève à 2622,87€, soit une augmentation de 5,4% par rapport à 2018 et qui représente 337,87€ de plus que les étudiant.e.s de l’enseignement supérieur.

        Pourquoi ce coût de la rentrée ? 

        Les ESI sont parmi les étudiant.e.s issu.e.s des Classes Socio-Professionnelles les moins aisées chez les étudiant.e.s en Santé.  La FNESI lutte contre l’augmentation de ces dépenses et plus largement contre la sélection sociale. Nous agissons pour que les ESI puissent vivre dans les meilleures conditions pendant leurs années d’études. Depuis 2010, la FNESI réalise le coût de la rentrée afin d’établir, par le biais de chiffres précis, les dépenses réalisées par les étudiant.e.s infirmier.e.s. Ainsi, nous pouvons identifier les domaines de dépenses qui doivent obligatoirement être diminués. C’est là tout l’objectif de la réalisation de cet indicateur : identifier les problématiques pour proposer des solutions innovantes.

        Pour plus d’informations, tu peux nous contacter à l’adresse : affaires.sociales@fnesi.org

        read more
        Coût de la Rentrée 2019 en IFSI

        Frais complémentaires illégaux

        Frais Complémentaires Illégaux dans les IFSI publics

        Le concours d’admission en IFSI, qui participait à une sélection sociale des étudiant.e.s en soins infirmiers, a pris fin cette année. En effet, elle représentait une charge financière importante pour les futur.e.s étudiant.e.s à travers le coût et la préparation à ces épreuves. Le passage par la plateforme Parcoursup devait être au bénéfice des étudiant.e.s. La réalité en est toute autre, un fléau persiste et se voit accentué par la vague de la réforme :  les frais complémentaires illégaux

         

        C’est 124 des 272 IFSI publics qui pratiquent ces mesures illégales. Ils exigent des frais allant jusqu’à 335€/étudiant.e en plus des 170 euros de droits d’inscription et des 91€ de CVEC déjà nécessaires à l’inscription en formation pour l’année 2019/2020. Ces frais sont justifiés de diverses manières : “location et entretien des tenues de stages”, “frais de BU” et “d’accès à l’ENT”, “AFGSU”, “frais de reprographie”, etc. Tous les prétextes sont bons pour amputer les budgets étudiants. D’autre part, nous assistons à un désengagement massif des services publics et plus particulièrement des Régions qui ont la responsabilité financière de notre formation.

        En quelques chiffres

        1 IFSI sur 2 impose des frais complémentaires

        36 000 ESI sont concerné.e.s

        Un.e ESI peut avoir jusqu’à 600€ de frais de rentrée à payer 

        3,8 millions d’euros sont exigés auprès des étudiant.e.s en soins infirmiers chaque année

        Encore une fois, les ESI se retrouvent marginalisé.e.s des autres étudiant.e.s de l’enseignement supérieur , accentuant une précarité étudiante trop présente. Madame la Ministre Frédérique Vidal avait pourtant annoncé il y a 1 an que : “les étudiants en soins infirmiers sont des étudiants comme les autres.” A ce stade, ces annonces sont restées des paroles. Nous en attendons encore les actes.

        Face à l’inactivité des institutionnels , la FNESI a rédigé le Dossier de Presse “Frais complémentaires illégaux : quand les IFSI explosent la tirelire des étudiant.e.s !” pour interpeller et mettre en lumière cette situation intolérable ! Le désengagement financier et politique des institutions publiques ne doit pas être un prétexte pour exiger que les étudiant.e.s en soins infirmiers compensent ce “manque à gagner” dû à une réforme portée par ces derniers. Aujourd’hui, un.e étudiant.e en soins infirmier paie deux fois plus pour avoir deux fois moins d’accès aux services. Ce n’est pas en précarisant les ESI que nous supprimerons un mal-être persistant et que la formation gagnera en attractivité.

        Nous appelons donc à ce que tou.te.s les ESI ne payent que les 170€ et les 91€ pour la rentrée 2019/2020 sans verser un centime de plus ! 

        La FNESI s’engage à soutenir tou.te.s les ESI pour la défense de leurs droits jusqu’à ce que ces frais disparaissent définitivement. Elle entreprendra toutes les mesures nécessaires qu’elles soient administratives ou judiciaires pour lutter contre cette discrimination. La FNESI exige la suppression immédiate de l’intégralité de ces frais et un remboursement de chaque euro ayant pu être dépensé à ces égards.

        On en parle dans la presse

        DOSSIER DE PRESSE

        COMMUNIQUÉ DE PRESSE

        read more
        Frais complémentaires illégaux

        CDP – Quand la démocratie étudiante exclut les ESI

        Quand la démocratie étudiante exclut les ESI

        Alors que les enjeux de l’avenir de notre formation se jouent dans les conseils universitaires, les étudiant.e.s en soins infirmiers souhaitent être acteur/trice.s de leur devenir. En effet, comme l’a annoncé Madame la Ministre Férdérique Vidal il y a près d’un an, les ESI devraient bénéficier du droit de vote, comme les autres étudiant.e.s. Pourtant la réalité est toute autre : en un mois, ce sont près de 10 500 ESI qui ont été privé.e.s du droit de faire entendre leur voix.

        Combien d’autres ESI devront subir cette injustice et être bloqué.e.s dans leur engagement étudiant avant que cette situation désastreuse ne change et que les acteurs publics se saisissent enfin de nos problématiques ?

        Afin de télécharger le Communiqué de Presse, cliquez ici

        read more
        CDP – Quand la démocratie étudiante exclut les ESI

        Salon Infirmier

        Salon Infirmier

        Le Salon Infirmier est un rendez-vous unique pour tous les acteurs du parcours de soin : professionnels soignants, cadres de santé exerçant en secteur public, privé, libéral ou association.

        Au programme des trois jours :

        –          Des tables rondes, des conférences sur le parcours de soins, la formation initiale et continue, la qualité de vie au travail,

        –          De nombreux ateliers et démonstrations,

        –          Des animations telles que l’espace emploi, l’espace simulation, l’espace pompiers, l’espace enfance et santé et l’espace speed dating,

        –          80 exposants dont un village des Etablissements et un village Start-up

        read more
        Salon Infirmier

        CDP – La Semaine Nationale du Bien-Être : les initiatives étudiantes au coeur du rendez-vous

        La Semaine Nationale du Bien-Être : les initiatives étudiantes au coeur du rendez-vous

        Près de deux ans après la parution des résultats de notre questionnaire « VOTRE BIEN-ETRE, L’ENQUETE », faisant état du mal-être des étudiants en soins infirmiers au travers de plus de 14 000 réponses et 2 100 témoignages, la situation des ESI n’a pas changée.
        Du 11 au 15 mars a lieu la première semaine nationale du bien-être de la FNESI, mise en place par et pour les étudiants afin de mener chaque jour de la semaine des actions concrètes afin de répondre à des besoins fondamentaux insatisfaits.
        Les étudiants sont acteurs de leur bien-être, et nous invitons tous les acteurs, publics ou privés, en lien avec la formation, à soutenir cette démarche de promotion de la santé. Il est temps de prendre soin de ceux qui soignent.

        Afin de télécharger le communiqué de presse, cliquez ici

        Pour aller plus loin

        read more
        CDP – La Semaine Nationale du Bien-Être : les initiatives étudiantes au coeur du rendez-vous

        CDP – Accès aux droits étudiants : des promesses encore illusoires

        Accès aux droits étudiants : des promesses encore illusoires

        Mardi 5 mars, la candidature d’une étudiante en soins infirmiers de Normandie a été refusée pour les élections étudiantes en comUE : Communauté d’Universités et Établissements, alors même qu’elle y siège encore en tant que titulaire. 4 000 étudiants se voient ainsi refuser le droit de vote. Un retour en arrière déplorable sur des droits obtenus en 2017.

        Une fois de plus, les droits des étudiants en soins infirmiers sont bafoués, alors que l’intégration universitaire nous est promise depuis maintenant 10 ans. Il est grand temps que les acteurs concernés se saisissent pleinement de nos problématiques et mettent en place des actions concrètes !

        Afin de télécharger le communiqué de presse, cliquez ici

        read more
        CDP – Accès aux droits étudiants : des promesses encore illusoires

        Nouvelles modalités d’admission en IFSI

        Nouvelles modalités d’admission en IFSI

        La suppression des épreuves du concours, annoncée en juillet 2018, marque la fin de la sélection sociale décriée depuis des années par la FNESI. Il s’agit d’une réelle victoire pour la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur que nous portons avec l’ensemble des fédérations du réseau de la FAGE, première organisation étudiante de France.

        Désormais, selon l’arrêté du 13 décembre 2018, les modalités d’admission en IFSI s’articuleront de la manière suivante :

        Voie par Parcoursup

        Toutes personnes, agée d’au moins dix-sept ans au 31 décembre de l’année d’entrée en formation, possédant le baccalauréat ou son équivalence et souhaitant rentrer en institut de formation en soins infirmiers pourra gratuitement s’inscrire sur Parcoursup.  


        Le calendrier Parcoursup s’articule de la sorte :

        • 20 décembre 2018 – Janvier 2019 : Ouverture de la plateforme : je découvre l’offre de formation et je m’informe des attendus
        • 22 janvier – 3 avril 2019 : Je formule mes voeux et finalise mon dossier
        • Mai – Juillet 2019 : Je reçois les réponses des formations et je décide

        Toutes les candidatures de Parcoursup seront soumises à une commission sous la responsabilité de l’agence régionale de santé avec tous les acteurs gravitant autour de la formation. Cette commission aura aussi pour rôle d’informer les personnes en situation de handicap des possibilités offertes par les établissements de formation.

        Voie par les Epreuves d’Admission

        L’accès à la formation pour une personne ayant déjà une expérience professionnelle d’une durée minimum de trois ans de cotisation à un régime de protection sociale, passera par une épreuve d’admission. Un dossier avec une copie de la carte d’identité, les diplômes acquis par le passé, une attestation de l’employeur, une attestation de formation continue, un curriculum vitae ainsi qu’une lettre de motivation sera demandé.

        Cette voie n’est pas uniquement réservée aux aides-soignant.e.s et auxiliaires de puériculture, mais à toute personne ayant une activité professionnelle depuis au moins 3 ans. D’autre part, cette voie d’accès n’empêche pas les candidat.e.s détenant un baccalauréat de postuler sur Parcoursup.

        Dérogation seulement pour la rentrée 2019

        • L’épreuve consistera à une analyse écrite de trois situations professionnelles. Chaque situation fera l’objet d’une question.
        • Cet examen permet d’évaluer l’aptitude à poursuivre la formation, notamment les capacités d’écriture, d’analyse, de synthèse et les connaissances numériques.
        • Les candidat.e.s doivent obtenir une note au moins égale à 15 sur 30 à cette épreuve.

        A partir de 2020, les épreuves à passer seront :

        • Un entretien oral d’une durée de 20 min, mettant en avant l’expérience professionnelle, le projet professionnel, les motivations, ainsi que les capacités à valoriser ses compétences professionnelles. Cette entretien est noté sur 20 points.
        • Une épreuve écrite comprenant
          • Une sous épreuve de rédaction dans le domaine sanitaire et social d’une durée de 30min et notée sur 10 points. Les qualités recherchées sont le questionnement, la rédaction, l’argumentation, l’analyse,  les capacité de projection dans un avenir professionnel.
          • Une sous épreuve sur des calcules simples: noté sur 10 points, d’une durée de 30min. Cette épreuve a pour objectif de montrer les capacités mathématiques et de logique.

        Une note inférieure à  8/20 à l’oral ou bien à l’écrit se verra éliminatoire. Le total des notes doit être au minimum de 20/40 pour être admis.e.

        Le calendrier de ces épreuves sera identique à celui de Parcoursup

        Le nombre de places ouvertes par établissement aux promotions professionnelles est fixé à un minimum de 33 % du nombre total d’étudiant.e.s. Les places non pourvues à l’issue des épreuves d’admission seront réattribuées aux candidat.e.s postulant via Parcoursup.

        Une fois admis.e dans la formation, il est possible de demander une dérogation pour un report de l’entrée en formation maximum de 3 ans. La décision est prise par le directeur de l’établissement.  Plusieurs raisons peuvent justifier ce report:

        • Congé de parentalité
        • La garde d’un enfant de moins de 4 ans
        • Une événement grave empêchant d’initier la formation
        • Rejet de congé de formation
        • Rejet de mise en disponibilité
        • Rejet du bénéfice de la promotion professionnelle ou sociale

        Au regard des formations antérieures validées, des certifications, titres et diplômes obtenus avant l’entrée en formation, la section compétente de l’institut peut dispenser de certaines unités d’enseignements ou de semestres. Ces dispenses pourront être accordées sous conditions de présentation des documents suivant:

        • La copie d’une pièce d’identité ;
        • Le(s) diplôme(s) originaux détenu(s) ;
        • Le cas échéant, une attestation de validation d’ECTS de moins de 3 ans ;
        • Le cas échéant, le(s) certificat(s) du ou des employeurs attestant de l’exercice professionnel de l’intéressé dans une des professions
        • Un curriculum vitae ;
        • Une lettre de motivation ;
        • Une attestation de niveau de langue B2 française pour les candidats étrangers

        read more
        Nouvelles modalités d’admission en IFSI

        La passage en CAC et l’attribution des ECTS

        C’est quoi la CAC et quel est son rôle?

        Les crédits de formation sont attribués par une commission d’attribution des crédits. Elle est mise en place dans les instituts de formation en soins infirmiers, sous la responsabilité du directeur de l’institut, qui la préside. Chaque semestre, excepté le dernier, le formateur responsable du suivi pédagogique présente à la commission d’attribution des crédits les résultats des étudiants afin que celle-ci se prononce sur l’attribution des crédits européens et sur la poursuite du parcours de l’étudiant. Lors du dernier semestre, les résultats sont présentés devant le jury d’attribution du diplôme.

        Qui siège à la CAC?

        • Les formateurs référents des étudiants infirmiers
        • Un ou plusieurs représentants de l’enseignement universitaire
        • Un ou plusieurs représentants des tuteurs de stage.

        Comment se prend la décision de la validation d’un stage lors du passage en CAC?

        Le formateur de l’institut de formation, référent pédagogique de l’étudiant, prend connaissance des indications portées sur le portfolio et de l’évaluation du tuteur pour proposer à la commission d’attribution des crédits de formation définie à l’article 59 la validation du stage. Cette proposition prend en compte le niveau de formation de l’étudiant et se fonde sur sa progression dans son parcours de professionnalisation et l’acquisition des compétences infirmières.

        Le stage est validé dès lors que l’étudiant remplit les conditions suivantes :

        1° Avoir réalisé la totalité du stage : la présence sur chaque stage ne peut être inférieure à quatre vingt pour cent du temps prévu pour ce stage, sans que les absences ne dépassent 10 % de la durée totale des stages sur l’ensemble du parcours de formation clinique ;

        2° Avoir mis en œuvre et acquis les éléments des compétences requises dans les situations professionnelles rencontrées et analysées.

        Les crédits européens correspondant au stage sont attribués dès lors que le stage est validé.

        Pour plus d’informations, clique ici.

        read more
        La passage en CAC et l’attribution des ECTS

        La section relative à la vie étudiante : qui y participe ?

        Dans la gouvernance interne de l’IFSI, nous retrouvons une section dédiée la vie étudiante. Mais comment ça marche ? Qu’est-ce qu’il peut être fait pour les étudiant.e.s ?

        Quel est son rôle?

        Cette section émet un avis sur les sujets relatifs à la vie étudiante au sein de l’institut, notamment :

        • L’utilisation des locaux et du matériel,
        • Les projets extra « scolaires »,
        • L’organisation des échanges internationaux.

        Qui sont les membres ?

        Dans chaque institut de formation préparant à l’un des diplômes visés à l’article 1er est constituée une section relative à la vie étudiante composée :

        • Du/de la directeur.trice ou de son/sa représentant.e,
        • Les étudiant.e.s élu.e.s au sein de l’instance compétente pour les orientations générales de l’institut
        • Au minimum trois autres personnes désignées par le/la directeur.trice parmi l’équipe pédagogique et administrative de l’institut.

        En fonction de l’ordre du jour, des personnalités qualifiées peuvent être sollicitées par le/la directeur.trice pour participer à la section, en garantissant un équilibre numérique au regard de la représentation étudiante.

        Quel place pour les étudiant.e.s ?

        La section est présidée par le/la directeur.trice de l’institut. Un.e vice-président.e est désigné.e parmi les étudiant.e.s présent.e.s. En cas d’absence du/de la directeur.trice, la présidence est assurée par le/la vice-président.e étudiant.e.

        Juridiquement ?

        Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 34  jusqu’à l’article 37.

        read more
        La section relative à la vie étudiante : qui y participe ?

        La section compétente pour le traitement des situations disciplinaires : à quoi ça sert?

        Dans la gouvernance interne de l’IFSI, nous retrouvons une section disciplinaire traitant des fautes disciplinaires commises par les étudiant.e.s. Mais comment ça marche ? Voici un récapitulatif de tout ce qu’il faut connaître lorsque tu es convoqué.e !

        Quel est son rôle ?

        La section compétente pour le traitement des situations disciplinaires prend des décisions relatives aux fautes disciplinaires.

        Quels documents doivent être communiqués?

        Lorsqu’il est jugé nécessaire d’une présentation devant la section, le/la directeur/trice saisit la section par une lettre adressée aux membres, ainsi qu’à l’étudiant, précisant les motivations de présentation de l’étudiant.e.

        Ce document mentionne le nom, l’adresse et la qualité de la personne faisant l’objet des poursuites ainsi que les faits qui leur sont reprochés. Il est accompagné de toutes pièces justificatives.

        L’étudiant.e reçoit communication de son dossier à la date de saisine de la section, c’est-à-dire au minimum 15 jours avant.

        Sous quelles conditions se réalise la section?

        Avant toute présentation devant la section compétente pour le traitement des situations disciplinaires, l’étudiant.e est reçu.e en entretien par le/la directeur.trice à sa demande, ou à la demande du/de la directeur.trice, d’un membre de l’équipe pédagogique ou d’encadrement en stage.

        L’entretien se déroule en présence de l’étudiant.e qui peut se faire assister d’une personne de son choix et de tout autre professionnel que le/la directeur.trice juge utile.

        Au terme de cet entretien, le/la directeur.trice détermine l’opportunité d’une présentation devant la section compétente pour les situations disciplinaires. Ce/cette dernier.ère saisit la section en fonction.

        Suspension de formation ?

        En cas d’urgence, le directeur de l’institut de formation peut suspendre la formation de l’étudiant.e en attendant sa comparution devant la section.

        Lorsque l’étudiant.e est en stage, la suspension du stage est décidée par le/la directeur.trice de l’institut de formation, en accord avec le responsable du lieu de stage, et le cas échéant la direction des soins, dans l’attente de l’examen de sa situation par la présente section.

        Celle-ci doit se réunir dans un délai maximum d’un mois à compter de la survenue des faits. La suspension est notifiée par écrit à l’étudiant.e.

        Comment se déroule la section ?

        Au jour fixé pour la séance, le/la directeur.trice, ou son/sa représentant.e, présente la situation de l’étudiant.e puis se retire.

        L’étudiant.e présente devant la section des observations écrites ou orales. Il/elle peut être assisté.e d’une personne de son choix.

        Dans le cas où l’étudiant.e est dans l’impossibilité d’être présent.e, ou s’il/elle n’a pas communiqué d’observations écrites, la section examine sa situation. Toutefois, la section peut décider à la majorité des membres présents de renvoyer à la demande de l’étudiant.e l’examen de sa situation à une nouvelle réunion. Un tel report n’est possible qu’une seule fois.

        Des témoins peuvent être entendus à la demande de l’étudiant.e, du/de la président.e de la section, ou de la majorité des membres de la section.

        En cas d’égalité de voix, la voix du/de la président.e de section est prépondérante. Tous les membres ont voix délibérative.

        Quelles décisions peuvent être prises dans cette section ?

        • Avertissement
        • Blâme
        • Exclusion temporaire de l’étudiant.e de l’institut pour une durée maximale d’un an
        • Exclusion de l’étudiant.e de la formation pour une durée maximale de cinq ans

        ATTENTION : Un avertissement peut également être prononcé par le directeur de l’institut sans consultation de cette section. Dans ce cas, l’étudiant.e reçoit préalablement communication de son dossier. Il/elle est entendu.e par le/la directeur.trice de l’institut et peut se faire assister d’une personne de son choix. Le directeur de l’institut organise l’entretien en présence d’un.e professionnel.le de l’institut.

        Lorsque la décision est prise, qu’en est-il ?

        La décision prise par la section est prononcée de façon dûment motivée par celle-ci et notifiée par écrit, par le/la président.e de la section, au/à la directeur.trice de l’institut à l’issue de la réunion de la section.

        Le/la directeur.trice de l’institut notifie par écrit, à l’étudiant.e, cette décision, dans un délai maximal de cinq jours après la réunion. Elle figure dans son dossier pédagogique.

        La notification doit mentionner les voies de recours et les délais selon lesquels la décision peut être contestée.

        Qui sont les membres de cette section?

        Le/la président.e de la section compétente pour le traitement des situations disciplinaires est tiré.e au sort parmi les représentant.e.s des enseignant.e.s lors de la première réunion de l’instance compétente pour les orientations générales de l’institut.

        1. Représentant.e.s des enseignant.e.s :
        • Un.e enseignant.e de statut universitaire, désigné par le/la président.e d’université, lorsque l’institut de formation a conclu une convention avec une université ;
        • Le/la médecin participant à l’enseignement dans l’institut, qui participe à l’instance compétente pour les orientations générales de l’institut ;
        • Un.e formateur.trice permanent.e de l’institut de formation, tiré au sort parmi ceux élus au sein de l’instance compétente pour les orientations générales de l’institut.
        1. Représentant.e.s des étudiant.e.s :
        • Un.e représentant.e des étudiant.e.s par année de formation, tiré.e.s au sort parmi les étudiant.e.s titulaires au sein de l’instance compétente pour les orientations générales de l’institut.
        1. Une des deux personnes, tirées au sort parmis celles chargées de fonction d’encadrement dans un service de soins d’un établissement de santé, élues au sein de l’instance compétente pour les orientations générales de l’institut.

        Quel poids ont les étudiant.e.s dans cette section ?

        Tous les membres ont voix délibérative.

        Juridiquement ?

        Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 21  jusqu’à l’article 33.

        read more
        La section compétente pour le traitement des situations disciplinaires : à quoi ça sert?

        La section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des ESI : quand suis-je concerné?

        Dans la gouvernance interne de l’IFSI, nous retrouvons une section pédagogique dédiée aux situations individuelles des étudiant.e.s. Mais comment ça marche ? Voici un récapitulatif de tout ce qu’il faut connaître lorsque tu es convoqué.e !

        Quel est son rôle ?

        La section rend des décisions sur les situations individuelles suivantes :

        • Etudiant.e.s ayant accompli des actes incompatibles avec la sécurité des personnes prises en charge ;
        • Demandes de redoublement formulées par les étudiant.e.s ;
        • Demandes d’une période de césure formulées par les étudiant.e.s.

        Quels documents doivent être communiqués?

        Le dossier de l’étudiant.e, accompagné d’un rapport motivé du/de la directeur/trice, est transmis au moins sept jours calendaires avant la réunion de cette section. L’étudiant.e reçoit communication de son dossier dans les mêmes conditions que les membres de la section.

        Sous quelles conditions se réalise la section?

        La section peut décider à la majorité des membres présents de renvoyer à la demande de l’étudiant.e l’examen de sa situation à une nouvelle réunion. Un tel report n’est possible qu’une seule fois. Tout.e étudiant.e sollicitant une interruption de formation et devant être présenté devant cette section, quel qu’en soit le motif, le sera avant l’obtention de cette interruption. L’instance est informée par le/la directeur.trice des modalités d’accompagnement mises en place auprès des étudiant.e.s en difficulté pédagogique ou bénéficiant d’aménagement spécifique en cas de grossesse ou de handicap.

        Suspension de stage ?

        Lorsque l’étudiant.e a accompli des actes incompatibles avec la sécurité des personnes prises en charge, le/la directeur.trice de l’institut de formation, en accord avec le responsable du lieu de stage, et le cas échéant la direction des soins, peut décider de la suspension du stage de l’étudiant.e, dans l’attente de l’examen de sa situation par la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des étudiant.e.s.

        Cette section doit se réunir, au maximum, dans un délai d’un mois à compter de la survenue des faits.

        Comment se déroule la section ?

        L’étudiant.e peut présenter devant la section des observations écrites ou orales. Dans le cas où l’étudiant.e est dans l’impossibilité d’être présent.e ou s’il/elle n’a pas communiqué d’observations écrites, la section examine sa situation. 

        La section entend l’étudiant.e, qui peut être assisté.e d’une personne de son choix.

        Quelles décisions peuvent être prises dans cette section ?

        • Soit alerter l’étudiant.e sur sa situation en lui fournissant des conseils pédagogiques pour y remédier ou proposer un complément de formation théorique et/ou pratique selon des modalités fixées par la section ;
        • Soit exclure l’étudiant.e de l’institut de façon temporaire : pour une durée maximale d’un an
        • Soit exclure de façon définitive

        ATTENTION : Un avertissement peut également être prononcé par le/la directeur.trice sans consultation de cette section. Dans ce cas, l’étudiant.e reçoit préalablement communication de son dossier. Il/Elle est entendu.e par le/la directeur.trice de l’institut et peut se faire assister d’une personne de son choix. Le/a directeur.trice de l’institut organise l’entretien en présence d’un.e professionnel.le de l’institut.

        Lorsque la décision est prise, quand est-il ?

        La sanction motivée est notifiée par écrit à l’étudiant.e dans un délai de cinq jours ouvrés et figure dans son dossier pédagogique. La notification doit mentionner les voies de recours et les délais selon lesquels la décision peut être contestée.

         

        • Le/la directeur.trice de l’institut de formation ou son/sa représentant.e ;
        • Un.e conseiller.e scientifique paramédical, ou médical en l’absence de conseiller scientifique paramédical, désigné.e par le/la directeur.trice de l’institut ;
        • Pour les instituts de formation rattachés à un établissement public de santé : le/la directeur.trice des soins, coordonnateur.trice général.e ou son/sa représentant.e, directeur.trice des soins.
        • Pour les instituts de formation privés : le responsable de l’organisation des soins, ou son/sa représentant.e ;
        • Un.e professionnel.le diplômé de la filière en exercice, désigné par le/la directeur.trice de l’institut de formation, exerçant hors d’un établissement public de santé ;
        • Un.e enseignant.e de statut universitaire désigné, par le/la président.e d’université, lorsque l’institut de formation a conclu une convention avec une université ;
        • Un.e médecin participant à l’enseignement dans l’institut, désigné.e par le/la directeur.trice de l’institut ;
        • Le/la ou les responsables de la coordination pédagogique des formations concernées ;
        • Deux cadres de santé ou responsables d’encadrement de la filière, désigné.e.s par le directeur de l’institut, exerçant depuis au moins trois ans : pour le premier dans un établissement public de santé et pour le second dans un établissement de santé privé.

        • Représentant.e.s des étudiant.e.s : deux représentant.e.s des étudiant.e.s par promotion
        • Représentant.e.s des formateur.trice.s permanent.e.s élus par leurs pairs : Un.e formateur.trice permanent de l’institut de formation par promotion.

        Ces représentant.e.s (étudiant.e.s et formateur/trice.s) ainsi que leurs suppléant.e.s sont ceux élus au sein de l’instance compétente pour les orientations générales de l’institut.

        Pour combien de temps ?

        La durée du mandat des membres élus est de trois ans. Celle des membres représentant les étudiant.e.s est d’une année.

        Quel poids ont les étudiant.e.s dans cette section ?

        Tous les membres ont voix délibérative, sauf les membres invités. En cas d’égalité de voix pour l’examen d’une situation individuelle, la décision est réputée favorable à l’étudiant.e.

        Juridiquement ?

        Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 12  jusqu’à l’article 20.

        read more
        La section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des ESI : quand suis-je concerné?

        L’instance compétente pour les orientations générales de l’IFSI : à quoi ça sert?

        L’organisation de l’IFSI, appelée gouvernance interne est composée d’une instance supervisant les différentes sections. Les élu.e.s de promotion y siègent, mais qu’est-ce que cela apporte à l’IFSI ?

        Quel est son rôle ?

        Elle va émettre des avis sur plusieurs sujets :

        • Le budget de l’institut (propositions d’investissements)
        • Les ressources humaines : l’effectif et la qualification des différentes catégories de personnels
        • La mutualisation des moyens avec d’autres instituts
        • L’utilisation des locaux et de l’équipement pédagogique
        • Le rapport annuel d’activité pédagogique
        • Les contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens
        • Les bilans annuels d’activité des sections pédagogique, disciplinaire et de la vie étudiante
        • La cartographie des stages
        • L’intégration de l’institut dans le schéma régional de formation

        Et elle va valider des décisions concernant :

        • Le projet de l’institut : projet pédagogique, projets innovants
        • Le règlement intérieur
        • La certification de l’institut si celle-ci est effectuée, ou la démarche qualité.

        Qui sont les membres? 

        • Le/la directeur.trice général.e de l’agence régionale de santé ou son/sa représentant.e, président. ;
        • Deux représentant.e.s de la Région ;
        • Le/la directeur.trice de l’institut de formation ou son/sa représentant.e ;
        • Le/la directeur.trice de l’établissement de santé ou le responsable de l’organisme gestionnaire, support de l’institut de formation, ou son/sa représentant.e pour les instituts de formation publics et le/la président.e du conseil d’administration, ou son/sa représentant.e, pour les instituts de formation privés ;
        • Le/la conseiller.e pédagogique, ou technique en l’absence de/de la conseiller.e pédagogique, de l’agence régionale de santé dans la région d’implantation de l’institut de formation ;
        • Pour les instituts de formation rattachés à un établissement public de santé : le/la directeur.trice des soins, coordonnateur.trice général.e des soins, ou son/sa représentant.e, directeur des soins et
        • Pour les instituts de formation privés : le/la responsable de l’organisation des soins, ou son/sa représentant.e ;
        • Le/la président.e de l’université ou son/sa représentant.e ;
        • Un.e enseignant.e de statut universitaire, désigné.e par le/la président.e d’université, lorsque l’institut de formation a conclu une convention avec une université ;
        • Un.e médecin participant à l’enseignement dans l’institut, désigné.e par le/la directeur/trice de l’institut ;
        • Un.e conseiller.e scientifique paramédical, ou médical en l’absence de conseiller.e scientifique paramédical, désigné.e par le/la directeur.trice de l’institut ;
        • Le/la ou les responsables de la coordination pédagogique des formations concernées ;
        • Deux cadres de santé ou responsables d’encadrement de la filière, désigné.e.s par le/la directeur/trice de l’institut, exerçant depuis au moins trois ans : pour le premier dans un établissement public de santé et pour le second dans un établissement de santé privé ;
        • Un.e représentant.e du personnel administratif de l’institut, désigné.e par le/la directeur.trice de l’institut.

        • Représentant.es des étudiant.e.s : deux représentants des étudiants par promotion.
        • Représentant.e.s des formateur.trice.s permanent.e.s : un.e formateur.trice permanent.e de l’institut de formation par année de formation.

        ATTENTION : Les élections ont lieu dans un délai maximum de soixante jours après la rentrée. En cas d’égalité des voix, le/la candidat.e le/la plus âgé.e est élu.e. La composition de l’instance est validée par le/la directeur.trice général.e de l’agence régionale de santé.

        Pour combien de temps ?

        La durée du mandat des membres élus est de trois ans. Celle des membres représentant les étudiant.e.s est d’une année.

        Quel poids ont les étudiant.e.s dans cette instance ?

        Tous les membres ont une voix délibérative, sauf les membres invités. En cas d’égalité de voix, la voix du/de la président.e est prépondérante.

        Juridiquement ?

        Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 3 jusqu’à l’article 11.

        read more
        L’instance compétente pour les orientations générales de l’IFSI : à quoi ça sert?

        Les indemnités de stage et les indemnités kilométriques : quels sont mes droits?

        Depuis sa création, la FNESI se bat pour défendre les droits des étudiant.e.s en soins infirmiers. En ce sens, elle a milité afin d’obtenir une augmentation de 25% des indemnités de stage lors de la manifestation du 8 novembre 2016.

        Les indemnités de stage

        En tant qu’étudiant.e en soins infirmiers, tu as le droit à des indemnités de stage. Le montant de celles-ci évolue en fonction de ton niveau d’expérience. De fait, l’IFSI est dans l’obligation de te verser :

        28€ par semaine de stage en première année

        38€ par semaine de stage en deuxième année

        50€ par semaine de stage en troisième année

        Ces indemnités doivent être versé.e.s pour tous les ESI, peu importe qu’ils soient en promotions professionnelles, pris en charge par pôle emploi, ou tout simplement dans le cadre de la formation initiale.

        ATTENTION : Tout stage, y compris les stages de rattrapages ou stages complémentaires nécessitent une indemnisation des étudiant.e.s d’après l’article 41 de l’arrêté du 31 juillet 2009

        Les indemnités de frais kilométriques

        De la même manière que pour les indemnités de stage, les déplacements pour se rendre sur le lieu en question doivent être remboursés. Pour se faire, le stage doit être effectué sur le territoire français et hors de la commune où est situé l’institut de formation, dans la région de son implantation ou dans une région limitrophe. De plus, le trajet pris en charge est celui entre le lieu de stage et l’institut de formation en soins infirmiers, ou le domicile, lorsque celui-ci est plus proche du lieu de stage.

        Le trajet peut être effectué en transport en commun ou au moyen d’un des véhicules suivants : véhicules automobiles, motocyclettes, vélomoteurs, voiturettes ou cyclomoteurs.

        Attention : Le remboursement est assuré sur justificatif.

        En ce qui concerne la tarification des remboursements des frais de déplacements lors des stages, consultez ce lien pour plus d’informations.

        read more
        Les indemnités de stage et les indemnités kilométriques : quels sont mes droits?

        Changer d’IFSI ou formuler une demande de mutation : c’est possible?

        Si tu souhaites changer d’IFSI, il te suffit de réaliser plusieurs actions. La première étape est la récupération du dossier de scolarité au sein de l’institut de formation en soins infirmiers.

        Comment puis-je récupérer mon dossier?

        Vous pouvez récupérer votre dossier par demande adressée au secrétariat de votre IFSI. Si vous avez des difficultés à le récupérer, vous pouvez trouver de l’aide sur le site de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA).

        Comment effectuer le changement d’IFSI ou mutation ?

        Une fois que tu as récupéré ton dossier, tu peux alors le communiquer aux IFSI qui t’intéressent. Nous te conseillons d’envoyer des demandes de réintégration dans plusieurs établissements afin de multiplier tes chances d’entrer dans un nouvel établissement.

        Quelles pièces dois-je envoyer avec mon dossier?

        Tu peux joindre à ton dossier une lettre de motivation dans laquelle tu motives ton projet professionnel et tu expliques pourquoi tu souhaites reprendre ta formation dans l’IFSI en question. Tu peux également y joindre un CV si tu estimes que cela ajoutes une plue value à ton dossier, par exemple, dans le cas où tu as eu une expérience professionnelle en lien avec la profession, si tu as eu un engagement citoyen, etc…

        Dans le cas où tu réalises une demande de changement d’IFSI parce que tu as été exclu de ton IFSI, nous te conseillons d’en expliquer la raison directement à la direction des établissements dans lesquels tu envoies ta demande. Cela ne sert à rien d’essayer de camoufler tes antécédents puisque les directions d’institut finiront par être mises au courant.

        Des petits conseils en plus…

        Nous te conseillons, dans la limite du possible, de te déplacer directement au sein des IFSI afin de déposer ton dossier. S’il t’es possible de le faire, prends rendez-vous avec la direction de l’établissement en question afin de te présenter. Le cas échéant, si tu n’as pas la possibilité de te déplacer, tu peux également les appeler afin de créer un contact direct et de répondre aux questions s’il y en a.

        read more
        Changer d’IFSI ou formuler une demande de mutation : c’est possible?

        C’est quoi une césure?

        La césure est une période, d’une durée indivisible comprise entre six mois et une année de formation, durant laquelle un.e étudiant.e suspend temporairement sa formation dans le but d’acquérir une expérience personnelle.

        Quand puis-je réaliser une césure?

        La période de césure débute obligatoirement en même temps qu’un semestre et ne peut être effectuée lors du premier semestre de formation ou après l’obtention du diplôme d’Etat.

        Comment dois-je procéder?

        L’étudiant.e qui souhaite bénéficier d’une période de césure doit en faire la demande auprès de son institut de formation à l’aide du formulaire fourni à cet effet. La demande est adressée au/à la directeur.trice de l’institut, accompagnée d’un projet justifiant la demande de césure, au moins trois mois avant le début de la période de césure.

        Qui prend la décision?

        La décision d’octroyer une période de césure est prise par la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des étudiant.e.s dans un délai de deux mois à compter de la date de dépôt du dossier complet par l’étudiant.e.

        En cas de décision favorable de la section, un contrat, signé entre l’institut de formation et l’étudiant.e, définit les modalités de la période de césure et les modalités de réintégration de l’étudiant.e dans la formation.

        Et je garde mon statut étudiant.e ?

        Durant la période de césure, l’étudiant.e conserve son statut, après avoir effectué son inscription administrative dans l’institut pour l’année en cours, ainsi que le bénéfice des validations acquises.

        Combien de fois puis-je réaliser une césure?

        Une telle période de césure n’est possible qu’une seule fois pour toute la durée de la formation.

        Juridiquement ?

        Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 15 et 49.

        read more
        C’est quoi une césure?

        Je souhaite interrompre ma formation : comment dois-je m’y prendre?

        On en entend parler, on voit des ami.e.s dans la promotion y avoir recours, on peut nous la proposer, on peut l’utiliser. L’interruption de formation (ou report de formation) est quelque chose que l’on côtoie mais… qu’implique-t-elle vraiment ?

        Qu’est-ce que c’est ?

        L’interruption de formation est un droit étudiant. Elle est une possibilité que nous avons et dont nous pouvons nous servir à tout moment dans la formation. Elle ne peut pas être refusée, n’y être imposée par une tierce personne.

        Il n’y a pas de motifs en particulier pour justifier d’une interruption.

        Combien de fois je peux interrompre ma formation ?

        Une telle demande n’est possible qu’une seule fois dans la formation. Il est également possible de faire une césure. (cf. La Césure)

        Comment faire une demande ?

        Elle doit être demandée au/à la directeur/directrice de votre IFSI. Il est recommandé de faire une lettre avec accusé de réception afin d’avoir une trace de la date d’envoi mais surtout de réception de cette lettre.

        L’interruption prend effet à partir de la date de réception de la lettre. Une fois la décision actée, il n’est pas possible de revenir en arrière.

        Cependant, l’étudiant.e convoqué.e devant une section, devra attendre la décision avant de pouvoir interrompre sa formation.

        Juridiquement : Article 15 et 31 de l’Arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux

        Que devient tout ce que j’ai fait avant l’interruption ?

        Une interruption de formation ne peut excéder trois ans, durant lesquels l’étudiant.e conserve le bénéfice des notes obtenues antérieurement à celle-ci. Au-delà de cette durée, l’étudiant.e perd le bénéfice des validations acquises.

        Je veux reprendre, comment ça se passe ?

        Le/la directeur/trice de l’institut définit les modalités de reprise de la formation après une interruption de formation.

        Il/elle en informe la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des étudiants.

        Juridiquement ?

        Les informations déclinées au-dessus se trouvent dans l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux de l’article 48.

        read more
        Je souhaite interrompre ma formation : comment dois-je m’y prendre?

        Le redoublement : comment ça se passe?

        Tous les étudiant.e.s ne valident pas l’ensemble de leurs UE lors d’une année… et certain.e.s se retrouvent à redoubler. Qu’elle qu’en soit la raison, ça n’est pas grave car c’est possible et prévu ! Petit aperçu du fonctionnement.

        Comment se réalise le passage ou le redoublement ?

        Le passage d’une année à une autre se fait sur un critère : l’acquisition des ECTS, délivrés lors de la CAC (Commission d’Attribution des Crédits). A partir d’un certain nombre, on estime que vous pouvez passer à l’année supérieure.

        Tout.e étudiant.e autorisé.e à redoubler conservent le bénéfice des crédits acquis.

        La validation d’un semestre est définie par l’acquisition de 30 crédits concernant les Unités d’Enseignements (UE) et stages.

        Un.e étudiant.e autorisé.e à redoubler et ayant validé les crédits de ses stages, doit effectuer un stage “complémentaire” afin de pas perdre la main sur la pratique. Ce dernier est défini par l’équipe pédagogique. La section pédagogique s’en voit informée.

        Juridiquement : Article 50 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

        Le passage de la première à la deuxième année s’effectue par :

        • La validation du semestre 1 et 2
        • Ou la validation de 48 crédits sur 60 répartis sur les deux semestres

        Les étudiant.e.s qui ne répondent pas à ces critères et qui ont obtenu entre 30 et 47 crédits au cours de la première année sont admis à redoubler.

        Les étudiant.e.s qui ont moins de 30 crédits peuvent être autorisé.e.s à redoubler par le/la directeur/trice de l’institut après avis de la section pédagogique.

        Juridiquement : Article 50 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

        Le passage de la deuxième à la troisième année s’effectue par :

        • La validation du semestre 1, 2, 3 et 4
        • La validation du semestre 1, 2 et de 48 crédits sur 60 répartis sur le semestre 3 et 4

        Note : il faut obligatoirement valider les éléments constitutifs du semestre 1 et 2 pour passer en 3ème année

        Les étudiant.e.s qui ne répondent pas à ces critères et qui ont obtenu entre 90 et 107 crédits au cours des deux années sont admis à redoubler.

        Les étudiant.e.s qui ont moins de 90 crédits sur l’ensemble des semestres peuvent être autorisé.e.s à redoubler par le/la directeur/trice de l’institut après avis de la section pédagogique.

        Juridiquement : Article 51 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

        Et pour le passage devant le jury régional pour l’obtention du diplôme ?

        Pour être présenté.e au jury régional du DEI, il faut obtenir 150 crédits, qui représentent la validation de tous les éléments constitutifs (UE + stages) des 5 premiers semestres.

        Si ce n’est pas le cas, l’étudiant.e doit refaire son semestre 5 en redoublement et se voir diplômé à la session prochaine (c’est-à-dire au mois de mars).

        Juridiquement : Article 53 et 60 de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État infirmier

        Je veux demander une année de redoublement ?

        L’étudiant.e peut formuler une demande pour redoubler son année. Cette dernière est examinée par la section pédagogique.

        read more
        Le redoublement : comment ça se passe?

        Mais c’est quoi les ECTS?

        Les ECTS ont été créés pour faciliter la compréhension et la comparaison des programmes d’études des différents pays de l’Union Européenne. Le terme ECTS signifie European Credits Transfer System en anglais, soit système européen de transfert et d’accumulation de crédits en français.

        Les crédits sont calculés en fonction de la charge de travail qui prend en compte l’ensemble des cours d’un.e étudiant.e.

        Comment sont comptabilisés les crédits ECTS ?

        Les crédits ECTS sont accumulés chaque semestre :

        • 1 semestre = 30 crédits donc 1 an = 60 crédits, soit 1500 à 1800 heures de travail.
        • 1 crédit = 25 à 30 heures de travail.

        Quels sont les avantages des crédits ECTS ?

        Le premier avantage des crédits ECTS est qu’il permet de valider différents niveaux d’études, et ce, même en cas de pause. En effet, si vous arrêtez vos études mais que vous avez validé un certain nombre de crédits ECTS, vous n’aurez pas à repasser les crédits déjà validés en cas de reprise d’études quelques années après. De même, ces crédits peuvent permettre aux établissements de créer des passerelles.

        Et comment ça se passe pour les ESI ?

        Il y a exactement 180 ECTS correspondant à l’acquisition des 10 compétences de notre formation. Parmis ces 180 ECTS, on peut en compte 120 en lien avec les unités d’enseignement et 60 en lien avec les stages.

        Pour valider un semestre, il suffit de valider 30 ECTS. Le passage de première en deuxième année se fait à partir du moment où 48 ECTS sont validés. Le passage de la deuxième à la troisième année se fait par la validation de l’ensemble des ECTS de la première année ainsi que la validation d’au moins 48 ECTS sur la deuxième année.

        Les étudiants qui ont entre 30 et 47 ECTS en première année ou entre 90 et 107 ECTS en deuxième année peuvent se voir proposer un redoublement sur avis du conseil pédagogique.

        read more
        Mais c’est quoi les ECTS?

        Le référentiel de formation : UE et compétences

        La formation en soins infirmiers est articulée de 36 matières et de 59 unités d’enseignement pour permettre un apprentissage cohérent. Ces unités d’enseignement sont à la fois composées d’enseignements pratiques et théoriques. Ces dernières constituent des compétences définies. Ces compétences sont validées par le biais de la pratique lorsqu’elles sont évaluées en stage, et de la théorie, par la biais des évaluations semestrielles.

        read more
        Le référentiel de formation : UE et compétences

        La Contribution Vie Étudiante et Campus

        La CVEC fait son apparition chez les ESI !

        La Contribution Vie et Campus, CVEC, est apparue dans la LOI ORE.

        D’un montant de 90€, elle est « destinée à favoriser l’accueil et l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des étudiants et à conforter les actions de prévention et d’éducation à la santé réalisées à leur intention » (article L. 841-5 du code de l’éducation). Tout.e étudiant.e inscrit.e en formation initiale doit payer ces 90 euros hormis les étudiant.e.s boursier.e.s, réfugié.e.s et demandeurs/euses d’asile qui seront exonéré.e.s du paiement de cette contribution.

        Cette CVEC a été proposée par le Gouvernement dans le Plan Étudiant qui a également permis la fin du Régime de Sécurité Sociale Étudiante et la suppression de sa cotisation qui s’élevait à 217 euros.  Les universités et les CROUS ont, quant à eux, des moyens renforcés de parvenir à l’objectif qui est celui de développer la vie étudiante et l’accès aux services.

        A l’heure de l’intégration universitaire des formations paramédicales et maïeutique, nous avons mis en lumière le manque d’accès aux services des ESI (carte étudiante, droits étudiants, …). Il était primordial pour notre fédération que les ESI ne soient pas une nouvelle fois considéré.e.s hors des effectifs de l’université. Considérés comme payeurs dans la définition de la loi parue en février dernier, il était nécessaire qu’ils comptent parmi les bénéficiaires de cette CVEC au même titre que les autres étudiant.e.s de l’université.

        Nous avons réaffirmé cet enjeu lors de notre communiqué de presse sur la CVEC le 18 juin. Vous le trouverez en intégralité ici.

        Nous avons été entendu par le Gouvernement. Ainsi lors de la prise de parole successive de la Ministre de l’Enseignement Supérieur et la Ministre de la Santé du 5 Juillet dernier, elles ont pu réaffirmer l’ambition et l’engagement d’intégrer les filières paramédicales et maïeutiques à l’Université. Ministère de Frédérique Vidal a pu annoncer l’inscription de tous les ESI à leur université de rattachement dès lors qu’ils s’inscrivent à l’IFSI. Ainsi, ils bénéficieront d’une vraie carte étudiante permettant ainsi de détenir des mêmes droits que les autres étudiant.e.s universitaires : l’accès aux services, le droit de voter mais aussi de siéger dans les instances de l’université.

        La CVEC d’accord, et les ESI dans tout ça ?

        Pour les ESI à proximité des campus universitaires : ils auront accès de droit aux structures existantes  :

        • SUAPS : Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives
        • SUMPPS/CSU : Services Universitaires de Médecine Préventive et Promotion de la Santé
        • Pôle culture
        • FSDIE : Fond Solidaire de Développement des Initiatives Etudiantes

        Oui, certains d’entre vous y avait déjà accès :

        • gratuitement : et oui dans ta convention établie avec l’université c’est la Région qui devait compenser les frais
        • de façon payante : vous étiez nombreux à bénéficier d’une “offre” qui parfois vous permettait l’accès aux services de l’université mais à des coûts majorés

        Nous avons toujours garder en tête les sites délocalisés : les IFSI hors campus.

        Pour les ESI des sites délocalisés, il sera important de mutualiser les ressources avec d’autres établissements déjà présents sur le territoire(instituts kiné, IUT etc). Pour cela, il sera nécessaire d’établir des conventionnements avec les collectivités territoriales ou les acteurs ressources sur le terrain.

        Pour exemple, les étudiant.e.s pourraient très bien avoir un accès priorisé à la maison de santé pluriprofessionnelle la plus proche et ainsi favoriser l’accès aux soins des ESI. De la même manière,des accès aux complexes sportifs pourraient être instaurés avec la municipalité. De plus, une aide pour la pratique sportive et les offres culturelles pourrait être mise en place avec la Région etc… Pour que ces mises en place soient effectives, il va falloir que les élu.e.s étudiant.e.s se montrent force de proposition !

        Les promotions de février ne paieront pas la CVEC en juillet 2018.

        Il existe des spécificité pour notre formation que l’on ne rencontre pas ailleurs.  Nous attendons des réponses du Ministère à ce sujet.

        Non. Les 184€ qui étaient demandés avant ne sont plus valables à l’heure actuelle. Avec la CVEC, vous ne payez maintenant plus que 170€ de frais d’inscription aux IFSI.

        Pour plus d’informations, nous vous joignons le détail du site du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

        >> https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2865


        Nous nous saisissons des opportunités qui s’offrent aux étudiant.e.s de notre filière et seront vigilant.e.s à permettre à chacun des étudiant.e.s qui cotiseront d’avoir accès aux services qui leur ont été promis mais pour cela il faudra que chacun s’y investisse et s’y intéresse !

        Toi aussi tu veux agir pour la bonne application de cette mesure ?

        > Deviens élu.e de promo pour faire en sorte que ton IFSI soit force de proposition et conçoivent des projets pour ces étudiant.e.s.

        > Deviens élu.e dans le CROUS de ton académie !

        Et oui, les CROUS vont recevoir une partie du budget collecté par la CVEC, l’occasion de penser aux IFSI délocalisés et de favoriser l’accès aux services pour tous et sur tout le territoire !

        Les élections arrivent bientôt, c’est l’occasion pour toi de te rapprocher de ta fédération de ville ou de territoire et de t’investir à l’heure côté pour qu’ils soient sensibilisés aux problématiques qui touchent ton IFSI.

        Fais remonter tes idées ou tes problématiques auprès de ta fédération territorial ou auprès de la FNESI à cvec@fnesi.org.

        Quels enjeux pour les Étudiant.e.s en Soins Infirmiers ?

        La FNESI revendique depuis longtemps un accès aux services de santé de sport et de culture comme tout autre étudiant de l’enseignement supérieur. Nous l’avons réaffirmé dans notre dossier sur l’Enquête Bien Être de la FNESI où des résultats catastrophiques touchaient les ESI, impacté.e.s par une large précarité et de larges exigences physiques et psychique dues à la formation.

        37,6% des étudiant.e.s qui annoncent avoir déjà dû renoncer à des soins pour des raisons financières

        Ils/elles sont 50,6% à estimer que leur santé physique s’est dégradée depuis leur entrée en formation.

        Notre objectif est bien évidemment que les universités permettent un accès de leurs services aux ESI, mais aussi et surtout que les financements servent à investir les territoires. En effet, tout.e étudiant.e en soins infirmiers devrait avoir accès aux services de sport, santé et culture et ce quel que soit son territoire.

        Pour cela, il y a des acteurs incontournables : l’université en lien avec l’institut et le CROUS. Ce sont eux qui vont recevoir les financements et auront donc la compétence de le faire appliquer sur le terrain.

        Il est primordial que les ESI, de par la spécificité de notre représentation sur le territoire français, soient présent.e.s et portent leurs voix pour que les financements qu’ils versent leur soient utiles et leurs permettent d’accéder à des conditions de vie et études optimales! Notre population a besoin de ces services, à nous de tout faire pour les obtenir.

        Pour en savoir plus...

        Avant cette contribution, les étudiant.e.s de l’enseignement supérieur versaient déjà des frais pour ces services : 16 € parmi les 184 € pour le FSDIE (Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes), 5 € pour la médecine préventive et le montant pour le SUAPS (Service universitaire des activités physiques et sportives) variant selon les universités.

        Si la CVEC représente de prime abord un coût supplémentaire pour les étudiant.e.s, elle apparaît cependant dans la même temporalité que la suppression de la cotisation au régime de sécurité sociale étudiant de 217€.


        Pour aller plus loin dans nos explications et pour avoir des pistes de ce que tu peux proposer à l’IFSI, à l’université ou au crous, si tu veux t’investir dans les élections CROUS à venir, n’hésite pas à nous contacter à infos@fnesi.org.

        Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter la rubrique “Vos Droits” ou à nous envoyer un mail à cvec@fnesi.org.

        read more
        La Contribution Vie Étudiante et Campus

        La fin du Concours : une victoire pour la FNESI !

        La fin du Concours: une victoire pour la FNESI

        Jeudi 5 Juillet, les deux Ministres chargées des Solidarités et de la Santé et de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont donné rendez-vous aux acteurs de la formation en soins infirmiers à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers de Caen.

        Ces annonces étaient attendues après les trois premiers mois de réflexions et de débats au sein des groupes de travail pilotés par le comité d’universitarisation des formations paramédicales et maïeutiques..

        • 1

        • 2

        • 4

        • 3

        • 5

        • 6

        • 7

        • 8

        • 9

        • 10

        • 11

        ______________________

        Les Ministres ont annoncé la suppression du concours d’entrée pour les études de soins infirmiers ! Une victoire pour les étudiant.e.s en soins infirmiers !

        Pourquoi ?

        Le concours d’entrée nécessitait que les étudiant.e.s investissent une somme considérable afin de pouvoir prétendre à candidater à l’entrée de la formation en soins infirmiers. Le prix des concours, cumulé aux frais de déplacements, d’hébergement et, pour les cas échéants, des classes préparatoires, entraînait une sélection sociale parmis les candidat.e.s qui ne se trouvaient donc pas sur un pied d’égalité.

         

        La FNESI, qui lutte depuis toujours pour la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur et pour l’égalité entre les étudiant.e.s, revendique depuis des années de réforme les modalités d’admission dans les IFSI dans le but de réduire les inégalités sociales et de permettre à chacun de pouvoir accéder à la formation sans soucis de moyens, tout en maintenant l’hétérogénéité des profils de la formation.

        La Suppression du concours oui, mais après?

        Qui dit fin du concours dit nouvelles modalités d’accès ! Plus d’écrit, plus d’oral, mais de multiples propositions émergent. Il sera à présent possible d’intégrer notre formation en candidatant via la plateforme ParcourSup et ce, pour toutes les personnes souhaitant entrer en IFSI, que ce soit les élèves de terminale, les étudiant.e.s en réorientation ou les personnes en reconversion professionnelle.

         

        Comment cela s’organise-t-il ?

        • Côté étudiant :

        Tout.e candidat.e, qu’il/elle soit néo-bachelier.e, en reconversion professionnelle ou en reconversion d’études, à partir du moment où il/elle détient un bac ou un équivalent, pourra postuler sur ParcourSup.

        Dès Janvier 2019 ils/elles pourront prendre connaissance de la plateforme et des attendus* des formations.

        Concernant les AS et AP, ils/elles pourront candidater hors ParcourSup et auront un accès hors Parcousup avec des quotas définis afin de leur permettre d’accéder à la formation, au même titre qu’auparavant.

        Les Attendus

        Beaucoup d’amalgames sont faits sur cette notion, mais il ne s’agit ni plus ni moins d’informations destinées aux futur.e.s étudiant.e.s.

        Les informations sur ParcourSup’ pour la saison 2018 étaient les suivantes :

        “La nouvelle plateforme nationale Parcoursup informe les lycéens sur les caractéristiques des formations et en particulier sur les connaissances et compétences attendues à l’entrée de chaque formation.Véritable atout pour les lycéens, ces informations vont leur permettre : de mieux connaître le contenu des formations qui les intéressent ; d’identifier leurs perspectives de réussite et les débouchés dans chacune d’elles ; de formuler des choix éclairés.”

        Les informations disponibles sur ParcourSup au 22 janvier 2018 étaient :

        • les contenus et l’organisation des enseignements
        • les attendus de la formation :
        • les éléments pris en compte par l’établissement d’accueil pour l’examen du dossier
        • le taux de passage en deuxième année, le taux de réussite au diplôme, le taux d’insertion professionnelle (lorsque ces données sont disponibles)
        • les différentes possibilités de poursuites d’études de la formation, les métiers auxquels conduit la formation, etc.
        • les capacités d’accueil en 2018 ainsi que le nombre de candidat.e.s et le nombre d’admis.e.s en 2017

        Une fois les informations prises en compte, les candidat.e.s postuleront dans les formations de leur choix.

        Sur ParcourSup :

        Il est possible pour tou.te.s les  étudiant.e.s de faire jusqu’à 10 voeux de formation auxquels, selon les formations, on peut rajouter 10 sous voeux au maximum. Il est possible de faire jusqu’à 20 sous-voeux en tout.

        Les candidat.e.s auront jusqu’à  la mi-mars pour rentrer leurs voeux. Ensuite, leurs dossiers seront étudié.e.s selon les modalités de classement qui auront été définies et c’est à la mi-mai que les premières réponses seront rendues. En fonction des réponses de chacun, les étudiant.e.s remonteront sur les listes d’attente. Le/la candidat.e le/la mieux classé.e recevra des Oui à chacun de ses voeux, puis le prochain et ainsi de suite jusqu’à ce que les capacités d’accueil des instituts où l’étudiant.e a candidaté soit complet. Les postulant.e.s auront un délai pour répondre : ils auront le droit de garder un oui ainsi que les autres voeux restant en attente d’une réponse. Ainsi les autres postulant.e.s remonteront dans la liste d’attente etc…

        Dans le cas où un.e candidat.e se verrait refuser l’ensemble de ses voeux ou resteraient longtemps “en attente”, il/elle pourra saisir la commission rectorale, chargée de lui proposer une formation en lien avec son projet d’orientation.

        Afin de mettre en place le classement des dossiers, nous travaillons actuellement avec les groupes du ministères et notamment l’Association Nationale des Directeurs des Écoles Paramédicales (ANDEP) et le Comité d’Entente des Formations Infirmières Et Cadres (CEFIEC). Nous souhaitons mettre en place des modalités de classements cohérentes qui soient utilisées au niveau national pour ne pas créer de biais ou d’inégalités sur le territoire.

        Rien n’est encore acté sur cette aide à la décision.

        La FNESI est au coeur des débats. Nous prenons part à l’ensemble des discussions et restons vigilant.e.s aux propositions qui sont faites afin de tendre au modèle qui répondra au mieux aux besoins de chacun.

        N’hésitez pas à nous faire remonter vos questionnements, vos avis et vos propositions, en vous saisissant notamment des éléments proposés dans le kit “Etat Généraux” édité de la FNESI : que ce soit un mail, une idée, une contribution détaillée de ce que vous pensez être le mieux pour les futur.e.s étudiant.e.s etc. nous sommes preneurs/euses !

        Contactez nous à eg@fnesi.org !

        Beaucoup de fausses informations circulent. Afin de pouvoir prévenir et informer tout le monde, nous avons mis en place une campagne de communication par infographie. N’hésitez pas à les repartager sur Facebook et Tweeter !

        read more
        La fin du Concours : une victoire pour la FNESI !

        La FNESI à l’International

        ENSA, GASNN, NSNA, CNSA … Qui sont ces associations, qu’ont-elles en commun et quels sont leurs liens avec la FNESI ?

        Depuis vingt ans déjà la FNESI travaille pour représenter et défendre au mieux les intérêts des étudiant.e.s en soins infirmiers en s’impliquant auprès d’eux/elles et des acteurs entourant la formation et la profession au national.

        En parallèle, des étudiant.e.s, partout dans le monde, suivent un cursus en soins infirmiers avec des formations, des problématiques et des revendications, spécifiques à chaque pays, et nombreuses sont les fédérations qui les représentent.

        Ainsi, les fédérations telles que la FNESI ne sont pas uniques, et des associations représentantes des ESI à l’international existent au-delà de nos frontières.

        On peut noter près de chez nous la NSSK, association des ESI des pays Nordiques, elle-même composée de représentant.e.s étudiant.e.s nationaux de chacun des pays affiliés.

        On peut également parler de la Swiss Nursing Students pour la Suisse, la Deutscher Berfusverband für Pflegeberufe pour l’Allemagne… Bref, il en existe presque partout ! Même Outre-Atlantique, les Etats-Unis et le Canada sont respectivement représentés par la National Student Nursing Association (NSNA) et la Canadian Nursing Student Association (CNSA) !

        Avec l’objectif de représenter toujours plus largement les ESI, des organisations comme l’ENSA (European Nursing Students Association) ou le GASNN (Global Association of Student and Novice Nurses), se sont créées. Mais qui sont ces organisations représentantes des étudiant.e.s en soins infirmiers à l’international ?

        C’est au niveau européen que se positionne l’ENSA et qu’elle représente les étudiant.e.s en soins infirmiers depuis sa mise en place légale en 2014. La FNESI est en relation avec l’ENSA depuis sa création. Nous étions présent.e.s à leur congrès annuel à Bruxelles en octobre 2017 qui s’est trouvé être riche en rencontres d’étudiants étrangers, de débats sur nos formations et de pleins d’autres thématiques liées à la formation. Ce type d’événements permet à notre fédération d’exporter et de confronter ses positions avec les réalités extérieures.

        La GASNN quant à elle, représente les ESI à une échelle internationale. Jeune organisation existant depuis 2016, elle représente déjà une dizaine de fédérations ! Dans l’objectif de mettre en place une réelle collaboration entre les étudiant.e.s en soins infirmiers, elle s’investit dans différentes thématiques, récoltant avis, ou encore dans les retours d’expériences.

        Entretenir de bonnes relations avec toutes ces organisations et fédérations est primordial. La confrontation des idées, des positions, des actions de chacun ne peut être qu’une plus-value. Comprendre ce qu’il se passe en dehors de chez nous afin de pouvoir l’adapter à notre modèle si besoin est l’un des moyens pour participer à l’évolution de notre structure. C’est pour cela que la FNESI s’y investi !

         

         

        Valentin FAUCONNIER, Vice-Président en charge des Affaires Internationales

        Lucie LEON, 1ere Vice-Présidente en charge de l’Enseignement Supérieur

        read more
        La FNESI à l’International

        AGORAMED

        AGORAMED est un réseau social dédié aux étudiants et professionnels de la santé.

        La plateforme permettra à la FNESI de communiquer directement auprès de ses adhérents au national et au local avec des outils spécifiques.

        Les étudiants de la FNESI pourront bénéficier de l’ensemble des modules d’AGORAMED, comme des bases de vidéos, d’articles…

        EXCLUSIF : Agoramed développe en collaboration directe avec la FNESI le module MYTUTO.

        MYTUTO sera directement intégré dans la plateforme AGORAMED, et accompagnera tous les étudiants en soins infirmiers via des fonctions uniques tels que des QCM, Fiches et calendriers de révisions et bien plus encore

        Pour plus d’informations, clique ici !

        read more
        AGORAMED

        Mordu.e.s de Culture : seconde édition !

        Nous sommes heureux/ses de vous présenter le numéro 2 de notre projet Mordu.e.s de Culture, le magazine mensuel de la FNESI ! Le format est bien entendu téléchargeable afin que chaque ESI intéressé.e puisse aussi le diffuser dans son propre IFSI en l’agrémentant, s’il/elle le souhaite, de bons plans dans sa ville, de restaurants,… Vous pouvez aussi vous servir des oeuvres proposées comme supports pour organiser des cinés ou cafés-débats​, pour réfléchir à plusieurs sur des faits de société : tout est envisageable ! Bonne lecture !

        read more
        Mordu.e.s de Culture : seconde édition !
        28583908_10213442632798230_1986421583_o.jpg

        Service Sanitaire : Facteur favorisant l’interprofessionnalité au sein des formations de santé

        Lundi 26 Février, le Professeur Loïc Vaillant a remis son rapport à l’Université d’Angers à la ministre des Solidarités et de la Santé et à la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.  

        Mais déjà le Service Sanitaire, qu’est-ce que c’est ?

        Le service sanitaire représente la formation en prévention de la santé faite auprès de toutes les filières de santé. Il se fera en interprofessionnalité et interdisciplinarité. Il est obligatoire pour tout.e.s les étudiant.e.s en santé.

        Il sera composé de 3 parties :

        –          Une partie théorique

        –          Une mise en pratique sur un lieu de stage

        –          Une évaluation

        Il a une durée de 3 mois en temps partiels en discontinu soit 60 demi-journées réparties sur la formation.  


        Objectifs

        Les objectifs principaux :

        –          Initier les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention primaire

        –          Permettre la réalisation d’actions concrètes de prévention primaire

        Objectifs secondaires :

        –          Interprofessionnalité

        –          Apprentissage du travail en mode projet

        –          Diminution des inégalités sociales de territoires

        Le Service Sanitaire devra respecter et renforcer ce qui existe déjà, il n’est pas là pour alourdir la formation mais pour la modifier et l’enrichir en actions de prévention.


        Les thématiques

        Afin d’élaborer au mieux ce service sanitaire, quatre thématiques nationales ont été élaborées :

        –          Alimentation

        –          Activité physique

        –          Addictions : alcool, tabac, drogues illicites

        –          Activité sexuelle, intégrant la contraception et la vie affective

        Il se concentrera sur la prévention primaire, soit la prévention faite auprès des personnes saines avant l’apparition de la maladie ou pendant son dépistage. Le dépistage est donc exclu mais la promotion du dépistage pourra se faire.

        Ce sont des thématiques nationales. Mais ils ne comptent pas s’arrêter à ces thématiques. Dans un premier temps, si des initiatives existent déjà ou si des problématiques territoriales sont prédominantes, les thématiques peuvent être élargies. Ensuite, à postériori, ils veulent augmenter le nombre de thématiques nationales en y ajoutant, par exemple, la sensibilisation à la vaccination, la sensibilisation à certains dépistages, les troubles du sommeil, les écrans, l’hygiène, l’hygiène bucco-dentaire, l’aide à la parentalité ou encore les gestes qui sauvent.

        Dans tous les cas, les thématiques sont à privilégier en l’absence de thématiques déjà existantes.

        L’étudiant pourra choisir son thème.


        La théorie

        La partie théorique se fera en lien avec l’UE 1.2.S3 et l’UE 4.6.S3 en intégrant des TD et TPG. Elle portera sur un apport de connaissances théoriques et sur la préparation de l’action à faire en stage.

        Les connaissances théoriques seront sur les déterminants de santé, les techniques d’animation et les modèles de représentation et d’écoute. Comme vous pouvez le voir, ce sont déjà des notions que nous abordons en cours, il n’y aura donc pas de grands changements sur ce point-là.

        Des outils nationaux pourront être mis en place afin d’accompagner les étudiant.e.s dans la mise en place de l’action. Ce qui est évoqué jusqu’à maintenant c’est :

        –          Un guide méthodologique sur la prévention et la promotion de la santé fait par Santé Publique France (Inpes, Eprus et InVs)

        –          Des fiches supports

        –          Des kits….

        Tous ces outils seront mis à disposition mais ne seront pas imposés aux étudiant.e.s.

        Des « modules » théoriques seront mis en place en interprofessionnalité. Il semblerait donc qu’il y ait quelques heures communes pour les filières de santé. Pour les IFSI délocalisés, il est préconisé qu’il se déplacent dans les universités pour suivre ces cours. Les frais engendrés par ces déplacements seront pris en charge. Dans certains cas, des visio-conférences seront mises en place.

        La théorie/préparation est donc le premier temps du Service Sanitaire. Il se fera sur 3 semaines et consistera à rédiger un recueil des données avec une étude des besoins de la population ; et une préparation concrète de l’action.


        Les stages

        Les lieux seront, sous proposition des comités régionaux, agréés par l’université ou l’institut de formation en lien avec les acteurs concernés.

        Le directeur de l’UFR ou de l’institut de formation est responsable de l’organisation pédagogique et administrative du Service Sanitaire (calendrier, objectifs pédagogiques, choix des structures d’accueil).

        La direction de la structure d’accueil est responsable de la gestion administrative de la réalisation de l’action de prévention (conditions d’accueil, charte d’encadrement).  Les conditions de réalisation de l’action de prévention font l’objet d’une convention cadre ou d’une convention spécifique entre la structure d’accueil et le directeur de l’UFR ou de l’IFSI.

        L’étudiant bénéficiera alors d’un double encadrement. Il sera encadré sur les trois étapes par un référent de proximité présent dans chaque lieu de stage et par un responsable pédagogique de formation rattaché à l’IFSI.

        Les lieux de stages n’ont aucune obligation d’accueillir des étudiants mais peuvent élaborer des conventionnements pour les accueillir avec les universités ou IFSI.

        Ces lieux sont très diversifiés mais les écoles, collèges, lycées et universités sont à privilégier dans un premier temps. Mais les associations, PMI, EHPAD, centres pour personnes en situation de handicap, centre de détention… (et bien d’autres) peuvent être envisagés.

        Dans tous les cas il y aura forcément un infirmier sur le lieu de stage même si d’autres professionnels pourront être amenés à encadrer l’étudiant.

        Le stage « Soins en lieux de vie » pourrait donc être intitulé désormais « Soins individuels et collectifs et service sanitaire ». Cependant, un élément nous interpelle fortement. Le rapport Vaillant préconise alors 3 semaines de stage pour la mise en place de l’action sur le terrain. Nous nous demandons donc comment cela pourrait être mis en place ?


        L’évaluation

        Elle se fera par un retour d’expérience avec les référents, une évaluation de l’action elle-même et une évaluation de l’utilité de l’action.


        Les indemnités kilométriques

        Pour les cours en commun, s’il y a besoin de déplacement :

        Le remboursement des frais de déplacement seraient pris en charge par l’ARS. Mais rien n’a été chiffré pour le moment.

        Pour le stage :

        Pour les remboursements des frais kilométriques : le but est de coordonner l’accueil et le transport des étudiants pour réduire les frais (par la mise en place de minibus par exemple).

        Sinon les remboursements des frais kilométriques seraient similaires à ce qui se fait actuellement dans notre formation (au prorata ça ferait environ 89€ pour 3 semaines de stages). Pour nous et les étudiants en kinésithérapies, les remboursements seront assurés par le FIR (fond d’intervention régional) et non le MESRI (Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) qui financerait les frais de déplacement des filières médicales.


        Les indemnités de stages

        Alors, rien n’est évoqué dans le rapport. Néanmoins il a été annoncé que les « indemnités et rémunérations » en vigueur s’appliquerait pour ce stage aussi. A partir du moment où il est nommé stage, alors il dépend des arrêtés déjà existants, les indemnités déjà cadrées en découlent de fait.  


        Et maintenant ?

        Une expérimentation sur les formations en soins infirmiers, en sage-femme, en pharmacie, en médecine et en kinésithérapies est prévue pour le mois de Mars 2018. Elle se fera sur des initiatives déjà mises en place depuis quelques années et ne portent donc pas toutes les caractéristiques du Service Sanitaire.

        Le Service Sanitaire sera donc mis en place sur tout le territoire dès le mois de septembre.

        En Septembre 2019, les autres filières de santé seront concernées.

        Lien vers le rapport Vaillant : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/184000110.pdf

         

        read more
        Service Sanitaire : Facteur favorisant l’interprofessionnalité au sein des formations de santé