L’histoire de la FNESI

La FNESI a vu le jour en Octobre 2000 lors d’un mouvement de protestation, en effet le contexte de l’époque a poussé 15 000 étudiant·e·s en soins infirmiers venu·e·s de toute la France pour manifester à Paris devant le Ministère de la Santé.

Le contexte en 2000

  • Mise en place rapide des 35h
  • Des ESI utilisé·e·s comme main d’oeuvre de remplacement durant leurs stages pour palier aux manque de personnel dans les services
  • Augmentation brutale des quotas d’admission en IFSI pour répondre à la situation, sans moyens supplémentaires pour absorber cet afflux
  • Conditions sociales précaires des ESI
  • Pas de place pour la parole des ESI dans la gouvernance des IFSI

De cette mobilisation est né le besoin de créer une structure capable de les rassembler, de les représenter et de porter leur voix.

Depuis maintenant 20 ans, la FNESI est à l’origine de nombreuses avancées pour la formation et a construit un réseau d’étudiant·e·s en soins infirmiers ayant la volonté de faire progresser la formation et la profession.


  • Reconnaissance du diplôme à Bac +3 correspondant à la durée des études.
  • Indemnités compensatoires pour l’ensemble des stages à responsabilité.
  • Remboursement des frais de transports pour les stages éloignés.
  • Harmonisation des bourses sociales d’études avec celles de l’Enseignement Supérieur.
  • Augmentation des moyens pédagogiques et mise en conformité des locaux d’enseignement.

  • Novembre 2000 : Ouverture des négociations entre la FNESI et le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité suite aux manifestations.
  • 2 avril 2001 : Signature d’un protocole d’accord basé sur “Mieux reconnaître le statut d’étudiant” et “Améliorer la situation de l’étudiant infirmier”.
  • Des avancées sociales considérables :
    • Accès aux œuvres et aux restaurants universitaires
    • Passerelles vers les formations étudiantes
    • Élargissement de la franchise d’absence de 15 à 30 jours
    • Indemnisation des stages et des frais de déplacements
    • Augmentation des moyens humains et matériels au sein des IFSI

Le protocole d’accord est signé mais de nouveaux enjeux voient le jour, il faut suivre sa mise en place sur plusieurs années. 


2001 à 2005 : La FNESI se développe

  • 2001 : Embauche d’une salariée, création du Congrès National, lancement du site internet et début du soutien et de l’accompagnement des ESI en difficulté.
  • 2002 : Création du Sérum et début des conférences annuelles de la FNESI au Salon Infirmier.
  • 2003 : Création des Universités d’Été et parution du Guide de l’Etudiant·e.
  • 2004 : Création du Guide du Stagiaire, lancement des adhésions individuelles et associatives et rencontre avec Mr. Brunelle, conseiller technique du Ministre de la Santé afin d’exposer les problématiques des étudiant·e·s en soins infirmiers.

  • 2001 : Début du suivi régulier de la mise en place du protocole d’accord avec le ministère.
    La FNESI défend ses positions en siégeant au Conseil Supérieur des Professions Paramédicales.
  • 2002 : La FNESI est force de proposition en siégeant à la Commission Pédagogique Nationale pour une Première Année des Études de Santé.
  • 2003 : Manifestation de 6500 ESI pour une revalorisation des bourses.
    Participation aux débats sur l’application de la décentralisation.
  • 2005 : Ouverture du premier Groupe de Travail ministériel sur la réforme de la formation en soins infirmier.

  • 2002 : Le Sérum est publié trimestriellement à 30 000 exemplaires et permet pour la première fois d’informer l’ensemble des ESI.
  • 2005 : Application complète du protocole d’accord.
    Alignement des bourses des ESI sur celles de l’enseignement supérieur lors de la décentralisation.
    Colloque de la FNESI : Engagement du Ministère de la Santé sur une réforme de la gouvernance des IFSI.

En 5 ans, la FNESI consolide les avancées obtenues, se structure et initie les négociations à venir. Cependant, le Ministère de la Santé freine sur ses engagements vis-à-vis des différentes réformes (gouvernance, Licence/Master/Doctorat, etc). Les deux ministères concernés se renvoient la balle (Ministère de la Santé et Ministère de l’Enseignement Supérieur).

C’est le début de l’application de la décentralisation qui marque l’apparition des premières disparités régionales sur les conditions sociales. Alors que les élections présidentielles et législatives de mai 2007 ont lieu, le réseau de la FNESI connaît un léger essoufflement.


2006 à 2010 : La FNESI se réforme

  • 2007 : Début des Opérations de Présentation de la FNESI
    Le Congrès National se déroule désormais sur 4 jours pour renforcer la formation des ESI.
    Les associations adhérentes deviennent administratrices de la FNESI.
  • 2008 : Un volontaire en service civique pour la FNESI lance la grande enquête sur le vécu étudiant.
    Externalisation de la régie publicitaire pour les publications (Sérums, Guides, etc).
  • 2009 : Création du Guide de l’Élu.
  • 2010 : Priorité au développement associatif avec par exemple le Projet Aubergine.
    Une salariée rejoint la FNESI et permet le développement de partenariats.

  • 2006 : Soutien à la création de l’Ordre National Infirmier.
    Elections étudiantes (Crous/Cnous & Universités).
    Travail sur les enseignements mutualisables en collaboration avec les autres fédérations d’étudiant·e·s en santé.
    Mobilisations régionales et nationales de 9500 ESI en octobre-novembre.
  • 2007 : Négociations au Ministère de la Santé pour une meilleure gouvernance des IFSI.
    Lobbying auprès des candidats à l’élection présidentielle par des meetings et rencontres.
    En été, première contribution commun des fédérations de santé sur l’Intégration Universitaire.
    Rencontre avec les Ministres de la Santé et de l’Enseignement Supérieur ainsi que les conseillers de l’Elysée au sujet de l’Intégration Universitaire.
  • 2008 : Etats Généraux de la Santé en anticipation de la loi Bachelot.
    Rapport IGAS/IGAENR sur les changements de l’intégration de la filière en soins infirmiers dans le système Licence/Master/Doctorat.
    La FNESI est force de proposition sur la réingénierie de la formation.
    Création du portfolio et du statut de tuteur de stage en collaboration avec le CEFIEC.
  • 2009 : Groupes de Travail sur la mise en place de la réforme de la formation.
    Mobilisation nationale en juin.
  • 2010 : Publication du Livre Blanc de la FNESI.

  • 2006 : Augmentation du nombre d’ESI élu·e·s aux élections Crous.
    Création de l’Ordre National Infirmier.
  • 2007 : En mai, publication de nouveaux arrêtés modifiant la gouvernance des IFSI (conseils pédagogiques, redoublement, absences, etc).
    En été, amendement à la loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités intégrant la formation dans le processus LMD et lancement de la mission IGAS/IGAENR.
  • 2008 : Le rapport IGAS/IGAENR préconise la création d’un grade licence associé au Diplôme d’Etat.
    La FNESI obtient une place dans les groupes de l’application de la réforme.
    Première ESI siégeant au Cnous.
  • 2009 : Le nouveau programme du référentiel de formation arrive dans les IFSI (grade licence, ECTS, mobilité, Groupements de Coopération Sanitaire, poursuites d’études, accès aux services universitaires).
    D’année en année, de plus en plus d’ESI participent aux événements de la FNESI.

La FNESI renforce sa place et devient incontournable sur les sujets attenants à la formation en soins infirmiers et la Santé. Les premières difficultés apparaissent suite à la réforme de 2009, on observe un recul sur les droits des étudiant·e·s concernant la franchise d’absence.

En mai 2012 se déroulent les élections présidentielles et législatives alors que dans la même période, la Fédération des Cliniques et Hôpitaux Privés (FHP) supprime des terrains de stage pour les ESI.


2011 à 2015 : La FNESI évolue

  • 2011 : Création du projet Aubergine et mise à disposition de kits pour le développement des associations d’ESI.
  • 2012 : Mise en place du projet Aubergine pour la première fois.
    Une association par université administre la FNESI, c’est également l’année de création des premières Commissions Spécialisées et du pool de formateurs FNESI.
  • 2014 : Premier calendrier des ESI engagé·e·s pour Octobre Rose et Movember.
    Première ESI de la FNESI élue au bureau de l’ENSA.
  • 2015 : Optimisation et renforcement de la gestion de la défense des droits des étudiant·e·s en soins infirmiers.

  • 2011 : Mobilisation le 12 mai à Paris de 10 000 ESI pour l’intégration universitaire de la formation.
    Première adhésion au SIDIIEF.
    Participation au comité de suivi licence.
  • 2012 : Janvier/février, mobilisations locales contre les conditions d’absence en formation et début des négociations.
    Premier·ère·s étudiant·e·s élu·e·s aux conseils centraux des Universités.
    En avril, lobbying auprès des candidat·e·s à l’élection présidentielle par des meetings et rencontres.
    En novembre, dialogue avec les parlementaires européens pour reconnaître un niveau de licence minimal partout en Europe.
    Lancement d’une enquête sur le bilan de la réforme.
    En juin, publication d’une contribution sur l’Intégration Universitaire des IFSI dans les UFR Santé.
  • 2013 : Création de la charte de l’inter-professionnalité avec l’ensemble des fédérations d’étudiant·e·s en Santé.
    Rapport IGAS/IGAENR sur le bilan et la poursuite de la réingénierie des formations paramédicales.
    Lancement d’une enquête sur l’insertion professionnelle.
  • 2014 : Mobilisations contre la décision de la FHP de supprimer des terrains de stage réunissant 6000 ESI à Paris et 4000 à Lyon.
    Conférence de presse dans le cadre de la parution d’une enquête sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômé·e·s.
    En décembre, mobilisation au siège de l’APHP concernant le financement des ESI en formation continue.
  • 2015 : Parution de l’enquête “Je veux que ma voix compte”.

  • 2011 : Création du Conseil de Vie Étudiante au sein de chaque IFSI.
  • 2012 : Élargissement de la franchise d’absences justifiées à 12 jours par semestres.
    Parution de la circulaire sur les modalités de présentation au jury du Diplôme d’Etat.
    Nombre croissant d’ESI élu·e·s aux conseils du Crous et dans les Universités.
  • 2013 : Co-tutelle ministérielle de l’Enseignement Supérieur et de la Santé.
    Obtention d’un arrêté sur les modalités de présentation au jury du DE.
    Le rapport IGAS/IGAENR n’apporte rien à la cause étudiante.
  • 2014 : Création du Supplément au Diplôme et changement du portfolio.
    Réintégration des ESI dans les stages en établissements privés.
    Protocole d’accord signé sur l’encadrement en stage, la gouvernance des IFSI et les conditions sociales des ESI.
    Exonération des frais d’inscription s’élevant à 7000€ pour une centaine d’ESI.

La FNESI développe son réseau associatif en France et à l’international et obtient des avancées qui améliorent la réforme de 2009 mais de nombreux dossiers sont encore en cours !


    L’histoire de la FNESI