Coût de la rentrée 2016 : entre augmentation des dépenses et inégalité des aides

Le 29 juillet 2016 est paru une instruction de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS), relative aux orientations en matière de développement des compétences des personnels des établissements de la fonction publique hospitalière. Celle-ci détermine “les axes de formation prioritaires ainsi que les actions nationales de formation retenues au niveau national pour l’année 2017”. Les Fédérations et Union Nationales des Etudiant.e.s en Kinésithérapie (FNEK), en Ergothérapie (UNAEE) et en Soins Infirmier.e.s (FNESI) se félicitent de voir apparaître parmi ces axes celui de la formation des tuteurs/trices de stage des étudiant.e.s paramédicales/aux.
Le développement de cet axe fait en effet suite à une demande initiale des étudiant.e.s en soins infirmiers lors des manifestations coordonnées par la FNESI en mars 2014, et soutenues par la FNEK. Il aura fallu plus d’un an pour que les groupes de travail sur la question s’ouvrent et une autre année pour que le cahier des charges de la formation des tuteurs/trices de stage voit le jour. Les changements plus ou moins récents de référentiel de formation pour les étudiant.e.s en kinésithérapie et en soins infirmier.e.s sont parfois source de décalage entre les attendus de la formation et ceux des tuteurs/trices. L’approche de formation par compétence qui est aujourd’hui l’essence de nos formations doit amener à un réel changement de paradigme en terme d’encadrement clinique. Gageons que la formation des tuteurs/trices permettra un encadrement plus adapté des étudiant.e.s et une compréhension partagée des objectifs des stages et de leur évaluation. La pratique et la qualité du tutorat sont aujourd’hui extrêmement hétérogènes. Les fédérations étudiantes attirent l’attention quant à la nécessité d’une harmonisation des pratiques, afin de garantir à chacun la meilleure formation possible.
Le cahier des charges de la formation des tuteurs/trices de stage a été élaboré de manière conjointe par les associations représentant les formateurs/trices et directeurs/trices d’instituts de formation paramédicaux, les étudiant.e.s, les personnels et les établissements recevant des stagiaires. Il a par ailleurs emporté l’adhésion des membres du Haut Conseil des Professions Paramédicales (HCPP) le 9 juin dernier. Celui-ci détermine les compétences sociales, relationnelles, pédagogiques, réflexives et organisationnelles à acquérir pour les tuteurs/trices.

La formation restant pour le moment non obligatoire à l’acquisition du statut de tuteur/trice, de nouveaux efforts devront donc être accomplis vis-à-vis de l’encadrement des étudiant.e.s paramédicaux en stage.

La formation proposée en priorité des actions de formation des établissements publics doit en effet pouvoir bénéficier à l’ensemble des secteurs accueillant des stagiaires, et notamment aux professionnel.le.s libérales/aux, accueillant la majorité des étudiant.e.s en ergothérapie et en kinésithérapie. De plus, la FNEK, l’UNAEE et la FNESI tiennent à rappeler l’importance de reconnaître le temps accordé aux étudiant.e.s par les professionnel.le.s. Alors que certains établissements, qui avaient fait un pas dans ce sens tel que l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), reculent aujourd’hui en supprimant des postes dédiés au tutorat, il est urgent d’engager la réflexion sur la nécessité de dégager du temps dédié à l’encadrement pour les professionnel.le.s en charge du tutorat.
  • FNEK – Joachim Le Tallec – Attaché de presse – presse@fnek.fr – 06 13 12 49 06
  • FNESI – Laura Ternot – Vice-présidente – presse@fnesi.org – 06 40 81 06 50
  • UNAEE – Marie-Sophie Broggini – Vice-présidente – vp-enseignementsup@unaee.org – 06 08 93 07 08
Share this post
24 août 2016 – Formation des tuteurs/trices des stagiaires paramédicaux : un pas vers la généralisation d’un enseignement clinique de qualité