ESI en souffrance : la loi du silence doit être rompue

“On va vous briser pour vous faire entrer dans un moule, de gré ou de force. »

- Une directrice d'IFSI, toujours en poste.

Omerta à l’hôpital : Le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé dénonce le mal être vécu durant la formation par les futur.e.s soignant.e.s.

Depuis sa création en 2000, la FNESI n’a cessé d’alerter les acteurs/trices de la formation sur les souffrances vécues par les étudiant.e.s en soins infirmiers au cours de leur formation. En 2009, l’Enquête sur le vécu et les comportements de santé des étudiant.e.s en soins infirmiers révélait des conditions de formation stressantes et impactant leur bien-être. En 2014, une nouvelle enquête, Je veux que ma voix compte, établit un constat sans appel : 85% des étudiant.e.s en soins infirmiers considèrent leur formation comme violente, tant physiquement que psychologiquement.

Suite à ces constats, plusieurs avancées ont été obtenues  afin d’améliorer le quotidien des étudiant.e.s, notamment la mise en place d’un cahier des charges cadrant la formation des tuteurs/trices de stage. La FNESI rappelle également à quel point la reconnaissance du temps d’encadrement des tuteurs/trices est primordiale pour mener à bien cette mission.

La mobilisation de milliers d’étudiant.e.s en novembre dernier a remis d’actualité la refonte de la gouvernance des Instituts de Formation, promise puis interrompue par la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé en 2014. Elle doit maintenant rapidement trouver son aboutissement afin qu’un réel processus démocratique soit mis  en oeuvre. La FNESI restera ferme dans ses positions dans les groupes de travail qui ont été ouverts et qui permettront de réformer les textes relatifs à la formation d’ici la rentrée prochaine. La FNESI appelle le gouvernement à appliquer les promesses qui ont été faites aux étudiant.e.s en soins infirmiers et à considérer le bien être des étudiant.e.s en santé

Enfin, la FNESI dénonce également le manque de propositions des candidat.e.s à la présidentielle en matière de santé et de jeunesse. Ces sujets ne peuvent pas être relégués au second plan du débat public. La FNESI publiera durant le mois de mars 2017 un ensemble de propositions concernant les étudiant.e.s en soins infirmiers et sollicite activement les candidat.e.s à nous rencontrer.

Télécharger le communiqué de presse en pdf

27 février 2017 – Communiqué de presse – ESI en souffrance : la loi du silence doit être rompue