Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers

L'association représentative des 94 000 étudiant.e.s en soins infirmiers de France

Sérum 59 – Enseignement Supérieur

Les passerelles

Débuter dans les études supérieures n’est pas toujours simple, trouver la voie qui nous convient le mieux, encore moins. Se retrouver à changer de formation n’est pas forcément facile à vivre pour un étudiant car c’est souvent vécu comme un échec.

Aujourd’hui, dans l’enseignement supérieur, des processus sont mis en place afin de permettre aux étudiant.e.s d’évoluer dans leurs études ou de changer de voie plus facilement : les passerelles. C’est un processus qui permet à l’étudiant.e de poursuivre ses études dans un autre cycle ou dans une autre filière sans perdre la reconnaissance de ses acquis. 

Actuellement, les passerelles entrantes et sortantes sont rares pour la formation en soins infirmiers. Pourtant, nos trois ans d’études sont riches en apports de connaissances. Nous abordons de nombreuses notions autres que la santé et le soin : le droit, la psychologie, la sociologie, l’éthique, la déontologie … 

Les passerelles sont un atout majeur dans le cursus d’un étudiant. Elles permettent une reconnaissance des compétences acquises dans les années passées, mais surtout une fluidification du parcours. Le développement de celles-ci permet aussi une diversité des profils dans l’ensemble des formations de l’enseignement supérieur. 

Très récemment, le 4 novembre 2019 plus précisément, la FNESI a connu une victoire lors de la sortie de l’arrêté relatif à la réforme des études de santé. En effet, maintenant, les étudiant.e.s en soins infirmiers peuvent accéder à la deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et de sage femme (MMOP) dès la fin de leur première année d’étude à l’IFSI. Depuis 2017, il était possible d’accéder à la deuxième ou troisième année mais seulement après deux ans d’expériences. La suppression du temps d’exercice obligatoire est une belle avancée pour nous aujourd’hui. En effet, elle montre une reconnaissance de notre diplômés, des différentes compétences acquises au cours des trois années de formation. De plus, nous sommes la seule formation où on nous demande sans cesse d’exercer avant de pouvoir poursuivre ses études ou se spécialiser. Il est temps que notre formation soit enfin réellement reconnue. Cette réforme permet aussi à l’étudiant d’intégrer les études MMOP pendant sa formation, en fonction du nombre d’ECTS qu’il a acquis (60 ECTS pour rentrer en 2ème année et 120 ECTS pour rentrer en 3ème année). Ceci permet aux étudiants voulant se réorienter, de le faire directement et non d’attendre la fin des trois ans d’études au risque de ne pas les vivre correctement. 

Malheureusement ce dispositif ne concerne pas encore pour les réorientations vers les autres filières paramédicales comme ergothérapie ou orthophonie. De plus, la rigidité de notre référentiel, fait qu’il existe très peu de passerelles entrantes ou sortantes entre les autres filières comme la psychologie, la sociologie et les études en soins infirmiers. Ainsi, le combat de la FNESI est loin d’être terminé pour permettre aux étudiants de vivre leurs études supérieures comme ils le souhaitent. 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse mail enseignement.superieur@fnesi.org 

Margot SAUVESTRE, Vice-Présidente en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à la FNESI

Sérum 59 – Enseignement Supérieur
Share this post