Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers

L'association représentative des 90 000 étudiant.e.s en soins infirmiers de France

Service Sanitaire : valorisation de la formation en prévention des 2ème année

Service Sanitaire : valorisation de la formation en prévention des 2ème année

D’abord annoncé lors des campagnes présidentielles, le service sanitaire apparaît dès la rentrée de septembre 2018 pour les étudiant.e.s en santé des filières Sciences Infirmières, Médecine, Pharmacie, Maïeutique, Kinésithérapie et Dentaire et s’élargira aux autres filières dans les années à venir.

Mais déjà le Service Sanitaire, qu’est-ce que c’est ?

Le service sanitaire s’inscrit au sein des cours obligatoires relatifs à la formation en prévention primaire de la santé, cours qui concernaient déjà la plupart des filières de santé. Il se fera en interprofessionnalité et interdisciplinarité et se décompose en 3 parties :

–          Une partie théorique lors de laquelle les étudiant.e.s en santé prépareront et planifieront une action de santé publique après avoir analysé quelle en serait la cible

–          Une mise en pratique de leur action sur un lieu de stage

–          Une évaluation de leur action

Le service sanitaire a une durée de 3 mois en temps partiel et en discontinu ; cela correspond à 105h de formation théorique et 105h de formation pratique. Pour les étudiant.e.s en soins infirmiers, ces heures seront réparties sur les 2 premières années de formation.

Qui sera concerné.e ?

Le service sanitaire se mettra en place pour les étudiant.e.s en santé, et ce, en deux temps :

  • En Septembre 2018, il concernera les étudiant.e.s en médecine, pharmacie, maïeutique, masso-kinésithérapie, dentaire et sciences infirmières.
  • En Septembre 2019, il concernera, en plus des étudiant.e.s précédemment cité.e.s, les étudiant.e.s orthophonistes, ergothérapeutes, audioprothésistes, psychomotricien.ne.s et orthoptistes.

Les étudiant.e.s en soins infirmiers entrant en 2ème année à la rentrée de Septembre 2018 seront les premier.e.s concerné.e.s par le service sanitaire. Ainsi, les étudiant.e.s entrant en 3ème année de Soins Infirmiers en Septembre 2018 ne le seront pas.

Objectifs et Enjeux

Mais quels sont donc les principaux objectifs du Service Sanitaire ? Et quels en sont les enjeux ?

Aujourd’hui, les autorités  sanitaires tendent à renforcer la prévention primaire. La politique actuelle s’articule autour de la promotion des comportements favorables à la santé dans le but de limiter toujours plus la survenue de pathologies évitables. Ainsi, il devenait nécessaire de sensibiliser davantage les futur.e.s professionnel.le.s de santé dans des démarches de prévention primaire.

Les objectifs du service sanitaire s’articulent donc en plusieurs axes, eux-mêmes découlant de problématiques actuelles de santé publique :

  • Initier les futur.e.s professionnel.le.s de santé aux enjeux de la prévention primaire
  • Acquérir la compétence commune pour tou.te.s les futur.e.s professionnel.le.s de santé à conduire des actions de préventions
  • Permettre la réalisation d’actions concrètes de prévention primaire
  • Contribuer à des temps d’interprofessionnalité entre étudiant.e.s de santé
  • Permettre un apprentissage du travail sur un mode de projet
  • Diminuer les inégalités sociales de territoires.

Le Service Sanitaire devra respecter et renforcer ce qui existe déjà. Il n’est pas là pour alourdir la formation mais pour la modifier et l’enrichir en actions de prévention.

Enjeux

Le service sanitaire en tant que tel permet de valoriser, pour beaucoup, les actions que les instituts menaient déjà. L’aspect de l’interprofessionnalité et de l’interdisciplinarité est nouveau et pourra permettre une formation plus riche et une meilleure prise en charge des patient.e.s à l’avenir. Toutefois, cet axe est complexe à mettre en place et il sera important d’y veiller.Aussi, le service sanitaire et le savoir faire dont les acteurs de notre formation font preuve sur le sujet représente une vraie preuve de l’expertise infirmière et un argument supplémentaire à l’idée de poursuivre nos efforts dans le but d’arriver à la création d’une vraie filière en sciences infirmières.

Les thématiques

Afin d’élaborer au mieux ce service sanitaire, des thématiques prioritaires ont été identifiées et ce, en lien avec les besoins nationaux relevés dans la population. Ainsi, les étudiant.e.s concerné.e.s par ce dispositif s’attarderont sur :

  • La nutrition tout au long de la vie
  • L’activité physique
  • Les addictions (alcool, tabac, drogues illicites)
  • L’éducation à la sexualité.

Ce sont des thèmes nationaux, mais il ne faudra pas forcément s’arrêter à ceux-ci. En effet, afin de rendre efficiente l’action réalisée, il est hautement préconisé de rechercher en amont les besoins de la population cible. Ainsi, les problématiques locales pourront être traitées, même si elles n’ont pas de lien avec les thématiques nationales. Cependant, ces dernières étant très larges et reflétant les besoins à l’échelle nationale, les actions peuvent s’inclure aisément dans celles-ci. Il est important de noter que l’étudiant.e  pourra choisir son thème en fonction des problématiques identifiées.

Ce service sanitaire se concentrera sur la prévention primaire, soit la prévention faite auprès des personnes saines avant l’apparition de la maladie. Le dépistage est donc exclu mais la promotion de celui-ci pourra se faire  !

La théorie

 

La théorie correspond au premier temps du Service Sanitaire et dure l’équivalent de  3 semaines.

Pour ce qui nous concerne, la partie théorique se fera en lien avec l’UE 1.2.S1 et S2 et l’UE 4.6.S3 en intégrant des TD et TPG. Elle portera sur un apport de connaissances théoriques et sur la préparation de l’action à faire en stage.

Les connaissances théoriques apportées à l’IFSI seront ciblées sur les déterminants de santé, les techniques d’animation et les modèles de représentation et d’écoute. Comme vous pouvez le voir, ce sont déjà des notions que nous abordions en cours, il n’y aura donc pas de grands changements sur ce point-là.

Des outils nationaux, en lien avec Santé Publique France pourront être mis en place afin d’accompagner les étudiant.e.s dans la mise en place de l’action.

Ce qui est évoqué jusqu’à maintenant c’est la mise en place:

–          D’un guide méthodologique sur la prévention et la promotion de la santé

–          De fiches supports

–          De kits

Tous ces outils seront mis à disposition mais ne seront pas imposés aux étudiant.e.s.

Bien évidemment, la FNESI vous accompagnera et mettra à disposition des éléments d’information voire même des formations sur le “mode projet” mais aussi des exemples d’actions à effectuer.

Les stages

Les lieux seront, proposés par les comités de pilotage régionaux et agréés par l’université ou l’institut de formation et ce en lien avec les acteurs concernés.

Le/la directeur/trice de l’UFR (Unité de Formation et de Recherches) ou de l’institut de formation est responsable de l’organisation pédagogique et administrative du Service Sanitaire (calendrier, objectifs pédagogiques, choix des structures d’accueil).

La direction de la structure d’accueil est, elle, responsable de la gestion administrative de la réalisation de l’action de prévention (cela concerne donc les conditions d’accueil, la charte d’encadrement,…).  Les conditions de réalisation de l’action de prévention font l’objet d’une convention entre la structure d’accueil et le/la directeur/trice de l’UFR ou de l’IFSI.

L’étudiant.e bénéficiera alors d’un double encadrement. Il/elle sera encadré.e sur les trois étapes par un.e référent.e de proximité présent.e dans chaque lieu de stage et par un.e responsable pédagogique de formation rattaché.e à l’IFSI.

Les lieux de stages n’ont aucune obligation d’accueillir des étudiant.e.s pour le service sanitaire. Cependant, lorsqu’ils les accueilleront, ils devront établir des conventionnements avec les universités ou IFSI pour cadrer ce stage.

Ces lieux sont très diversifiés et peuvent comprendre  les écoles, collèges, lycées et universités mais aussi les associations, PMI, EHPAD, les centres pour personnes en situation de handicap, centre de détention… Une multitude de lieux peut être envisagée.

Pour autant, il est nécessaire qu’au moins un.e infirmier.e soit présent.e sur le lieu de stage, même si d’autres professionnel.le.s pourront être amené.e.s à encadrer l’étudiant.e.

Les 3 semaines de stage du service sanitaire seront incluses dans le stage de « Soins individuels et collectifs et service sanitaire». Les semaines restantes pour cette catégorie de stage pourront être agencées différemment en fonction des IFSI. Le stage de Service Sanitaire pourra donc être intégré à un stage faisant au total 5 semaines, par exemple.

Le stage sera choisi par l’étudiant.e en fonction des possibilités.

L’évaluation

Quand on parle d’évaluation, il faut en distinguer plusieurs types :

  • La validation de son service sanitaire par l’étudiant.e : Pour cela, il/elle devra valider les unités d’enseignements en lien avec le service sanitaire et valider le stage.
  • L’évaluation de l’impact de l’action : en plus du retour d’expérience que les étudiant.e.s effectueront auprès de la population cible et des référent.e.s (du lieu de stage et de l’IFSI), il devrait y avoir une évaluation nationale sur l’impact du service sanitaire sur la population en lien avec Santé Publique France et le Comité de Pilotage National.

Aussi, il se pourrait qu’une évaluation de satisfaction nationale devra être remplie obligatoirement par les étudiant.e.s. Ainsi, ils/elles pourront rendre compte de manière anonyme de la qualité de l’encadrement et les modalités de leur action.

Les indemnités de stages et le remboursement des frais kilométriques

L’action concrète se faisant durant un stage de 3 semaines, les indemnités de stage restent inchangées et s’apparentent aux stages classiques de notre formation.

Ces indemnités sont donc de 38 euros hebdomadaire en deuxième année à quoi vous rajouterez des indemnités kilométriques si vous êtes concerné.e.s par un déplacement. Si à l’issue de votre stage, vous ne recevez pas vos indemnités correctement, contactez-nous à vosdroits@fnesi.org !

Les comités stratégiques régionaux

Afin de coordonner le service sanitaire dans chaque territoire, des comités stratégiques régionaux seront mis en place. Ces derniers seront co-présidés par le/la directeur/trice général.e de l’ARS et par le/la recteur/trice de la région académique. Ils seront également composés :

  • des représentant.e.s des administrations et collectivités
  • des directeurs/trices des unités de formation et de recherche et des structures de formation
  • les étudiant.e.s concerné.e.s. .

Les étudiant.e.s en soins infirmiers représentent plus de 60% des étudiant.e.s réalisant le service sanitaire et sont les plus formé.e.s et les plus sensibilisé.e.s à la prévention. Il est donc primordial qu’ils/elles soient présent.e.s dans ces comités.

Nos points de vigilance

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Le décret et les arrêtés encadrant le service sanitaire sont sortis le 12 Juin dernier. Cependant, malgré ce cadrage, des vigilances sont de mise :

Les supports pédagogiques se créent tardivement. Ainsi, les groupes de travail sur le territoire ont commencé à se saisir de la situation en oubliant de concerter les étudiant.e.s infirmiers et les représentant.e.s des IFSI.

Les fondements du service sanitaire, pensé comme étant vecteurs de projets et permettant la construction complète de l’action par l’étudiant.e sont de plus en plus oubliés, au profit d’un modèle simpliste qui entrave l’intérêt pédagogique de ce service sanitaire.

Aussi, bien que les notions entourant les thématiques nationales sont importantes à acquérir, elles ne doivent pas prendre la place des cours entourant les techniques d’animations et de transmission de prévention.

Enfin, l’organisation de ce service sanitaire, que ce soit dans les groupes de travails ou dans les comités stratégiques ne peut se faire sans la présence et la participation des étudiant.e.s en soins infirmiers et des représentant.e.s des IFSI.

Si vous avez des questions ou des remarques sur ce sujet, envoyez un mail à sesa@fnesi.org.

Cyrielle GARREAULT, Vice-Présidente en charge de l’Innovation Sociale et coordinatrice du SeSa

Sophie ROUCHER, Vice-Présidente en charge des Publications et de la Culture

Service Sanitaire : valorisation de la formation en prévention des 2ème année
Share this post