Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers

L'association représentative des 90 000 étudiant.e.s en soins infirmiers de France

Mise en Place du Comité Intégration Universitaire : les étudiant.e.s en soins infirmiers autour de la table !

Depuis sa création en 2000, la FNESI revendique une intégration pleine et entière de la formation en Soins Infirmiers à l’université, signifiant ainsi la fin de la sélection sociale que nous connaissons depuis toujours mais aussi la concrétisation d’un réel système Licence-Master-Doctorat pour la filière des sciences infirmières.

Le 14 mars 2018, la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal et la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, ont pu ouvrir le comité de suivi de l’intégration universitaire des formations paramédicales et maïeutique. Les ministres ont fixé des objectifs pour juin 2018 et afin d’y répondre, plusieurs groupes de travail dans lesquels siège la FNESI, ont été constitués. C’est la 1ère étape des concertations : mais de quoi y parlons-nous ?

Le changement des modalités d’accès à la formation

Les avis de tou.te.s, étudiant.e.s, formateurs/trices, directeurs/trices, convergent vers la fin du concours tel que nous le connaissons. L’intérêt des épreuves écrites et orales est depuis longtemps décrié. Par ailleurs, la démocratisation de l’accès à l’Enseignement Supérieur est une revendication forte des ESI et du monde étudiant en général. Le concours représente une réelle sélection sociale qu’il n’est pas concevable de maintenir.

La FNESI travaille actuellement avec les autres acteurs pour permettre un accès gratuit, hors frais d’inscriptions annuels à l’Enseignement Supérieur  (184 euros), en se basant sur des critères cohérents permettant de conserver la diversité des profils composant notre formation (ancien.ne.s AS, ST2S, L, S, ES, ancien.ne.s PACES, etc).

La poursuite d’études, la création de nouveaux métiers et la qualification d’Enseignant.e.s Chercheurs/euses

Aujourd’hui, les infirmiers/ères nouvellement diplômé.e.s ou professionnel.le.s affirmé.e.s n’ont pas tou.te.s la possibilité de poursuivre leurs études. Même si le grade licence permet depuis septembre 2009 aux étudiant.e.s qui le souhaitent de poursuivre leurs études, tou.te.s n’y parviennent  pas, par manque de possibilités et de diversité des masters offerts aux IDE ! En effet, il n’existe pas à l’heure actuelle de filières dédiées aux sciences infirmières. Cependant, beaucoup de modifications sont en cours : des masters en pratiques avancées devraient ouvrir dès la rentrée prochaine et plusieurs masters en recherche paramédicale se développent eux aussi. Cela représente enfin une réelle reconnaissance des compétences infirmières !

Pour voir naître ces masters et conserver des enseignant.e.s infirmiers/ères, les infirmiers/ères doctorant.e.s pourront devenir des enseignant.e.s chercheurs/euses grâce à la création d’une section dans la CNU : Conseil National d’Université.

Les grands domaines du monde de la recherche y sont recensés, les enseignant.e.s doivent  appartenir à des sections pour pouvoir enseigner.

Projets territoriaux

Beaucoup d’acteurs gravitent autour de notre formation : Régions, Universités, CH, CHU, ARS et bien d’autres encore… L’un des buts premiers de ce groupe est la délivrance de la carte étudiante et la garantie d’accès aux services universitaires.

Vous saviez, vous, que les étudiant.e.s de l’enseignement supérieur avaient le droit aux services de médecine et de prévention ? Aux services de sports ? Aux bibliothèques universitaires ? Ou encore aux restaurants universitaires ? Et à moindre coût en plus ! Figurez-vous que ce droit sera bientôt le nôtre !

En effet, dès septembre, les 217€ du Régime de Sécurité Etudiante seront, grâce à cette intégration universitaire, remplacés par la Contribution de Vie Etudiante à 90€. Détails et limites de ce changement dans le Sérum 52, article « La fin du RSSE », rubrique Affaires Sociales.

Ludivine GAUTHIER, Présidente
Lucie LEON, 1ère Vice-Présidente en Charge de l’Enseignement Supérieur

Mise en Place du Comité Intégration Universitaire : les étudiant.e.s en soins infirmiers autour de la table !
Share this post