Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers

L'association représentative des 90 000 étudiant.e.s en soins infirmiers de France

Les Passerelles, enfin une réalité ?

En février 2016, lors de la Grande Conférence de Santé, Manuel Valls, à l’époque Premier Ministre, relevait l’importance du rapprochement des formations paramédicales et de l’université, à l’aide notamment de passerelles entre les différentes formations. Ces dernières sont maintenant possibles grâce à l’arrêté du 24 mars 2017 relatif aux modalités d’admission directe en deuxième ou troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme. Retour sur une grande avancée défendue par la F.N.E.S.I depuis plusieurs années et enfin obtenue.

Cet arrêté, en vigueur depuis le 25 mars 2017, n’est finalement pas entièrement nouveau car il s’agit d’une refonte de deux précédents pour élargir l’accès des passerelles à un nouveau public, c’est-à-dire aux professionnel.le.s paramédicaux. Il répond au besoin d’une diversification des profils des candidat.e.s accédant aux études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme.

Ce sont “les professionnel.le.s paramédicaux justifiant d’un exercice professionnel de 2 ans à temps plein et titulaire d’un diplôme sanctionnant au moins 3 années d’études supérieures permettant cet exercice” qui sont éligibles à ce dispositif.

Les candidat.e.s peuvent se présenter deux fois (les tentatives de P.A.C.E.S. ne sont pas prises en compte) et doivent être titulaire de leur diplôme au 1er octobre de l’année. Chaque candidature ne présume qu’à une filière précise dans une structure donnée. Ils/Elles doivent déposer leur dossier complet auprès d’une des facultés présentant la filière souhaitée.

Les dossiers sont étudiés par un jury composé des directeurs/trices des formations et des pôles de recherches et de deux enseignant.e.s de chaque filière (médicale, odontologique, pharmaceutique ou de sage-femme). Le/La président.e du jury est désigné.e par le/la présidente de l’université parmis les membres précédemment cité.e.s.

L’examen des dossiers débouche sur une liste avec deux fois plus de candidat.e.s que de places disponibles et qui seront ensuite convoqué.e.s individuellement à un entretien, face au même jury que précédemment afin d’obtenir la liste finale. C’est ce même jury qui décide du passage en deuxième ou en troisième année, selon le niveau des candidat.e.s. Le nombre de places affectées par filière est réparti par structure et fixé chaque année par un arrêté rédigé par les ministres de l’enseignement supérieur et de la santé. Les candidat.e.s admis.e.s prennent leur inscription dans l’université où ils/elles sont admis.e.s, et peuvent potentiellement bénéficier d’un report d’inscription.

Et après?

Malheureusement ce dispositif ne concerne pas encore les réorientations vers les études de kinésithérapie, d’orthophonie, d’ergothérapie ou encore d’autres filières paramédicales. Le combat n’est donc pas fini pour la F.N.E.S.I. et les autres fédérations en santé afin de permettre un accès plus facile à ses études si une réorientation est envisagée par l’étudiant.e afin de diminuer les pertes d’années inutiles.

Les pièces du dossier

  • d’une pièce d’identité
  • d’un C.V. depuis le bac
  • des diplômes (et s’il y a des suppléments au diplôme)
  • d’une lettre de motivation
  • d’une attestation sur l’honneur du nombre de présentation (avec spécifiée l’année de la demande et la filière demandée)
  • du nombre d’inscription en P.A.C.E.S. (si il y en a eu)
  • du justificatif de l’exercice professionnel de 2 ans

A savoir

Si un des documents du dossier est rédigé dans une langue étrangère, il vous faut fournir une traduction effectuée par traducteur agréé par les tribunaux français !

Les centres d’examens qui examinent les candidatures puis qui les affectent ou pas selon leur profil dans une de leur structure sont au nombre de sept et se trouvent à Bordeaux, Lille, Lorraine, Lyon, Montpellier, Paris et Tours.

Lisa HELIOU, Vice-présidente en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Les Passerelles, enfin une réalité ?
Share this post