Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers

L'association représentative des 90 000 étudiant.e.s en soins infirmiers de France

L’apprentissage des langues dans la formation en Soins Infirmiers

[Dans les Affaires Internationales, la FNESI ne se consacre pas uniquement  à la Mobilité Internationale, elle s’implique également dans les difficultés que rencontrent les étudiant.e.s en Soins Infirmiers durant leur formation et plus particulièrement concernant  l’apprentissage des langues. Pour cette raison, l’ancienne Vice-Présidente en charge des Affaires Internationales, Hélène Blanc, a réalisé une contribution qui nous apporte des données très intéressantes et qui nous montre quel est l’intérêt de s’investir sur cette question, le tout en émettant  des propositions de travail sur cette thématique. Dans cet article vous attend un extrait des informations les plus intéressantes…]

Les langues en IFSI : quel cadre d’enseignement ?

Nous parlons ici de l’apprentissage des langues. Cependant, nous ne devrions nous pas dire “la langue” ? Car l’anglais est la seule langue officiellement enseignée en IFSI. Selon l’arrêté du 21 juillet 2009 du référentiel de formation, l’enseignement de l’anglais fait partie de l’unité d’enseignement 6.2.. Mais la question est : comment est défini son cadre ?

Le cadre de cette UE 6.2 est pourtant bien différent du contenu des UE de langues proposées à l’Université, basées sur le Cadre Européen de l’Apprentissage des Langues.

Les inégalités selon les IFSI

Dans cette étude, réalisée auprès de 45 asso‐ cia ons regroupant des étudiant.e.s infirmier.e.s de France, nous observons plusieurs disparités et inégalités par rapport à la forma on et aux formateur/trices qui la dispensent qui sont le plus souvent jus fiées par l’absence d’un cadre pédagogique précis.

Par rapport à la forma on, nous observons les disparités suivantes :
● Cours réalisés seulement avec plateformes numériques, par des intervenant.e.s, ou par les deux.

● Division des étudiant.e.s en groupes de ni‐ veaux avec modalités d’évalua on différentes même au sein d’une promo on.

● Certain.e.s étudiant.e.s sont évalué.e.s uni‐ quement sur des exercices oraux avant la ré‐ dac on de l’abstract du Travail de Fin d’Études.

Dans ce dossier est présent aussi la variabilité de l’intervenant.e : entre professeurs d’anglais du secondaire ou en retraite, cadres formateurs d’IFSI, ou encore infirmier.e.s sans diplôme de sciences de l’éduca on ou d’enseignement de l’anglais, le profil de la personne enseignant les langues est vaste.

Un enseignement inadapté à la formation et à l’avenir de la profession

Dans sa contribution, Hélène Blanc utilise comme source une enquête réalisée par les élu.e.s de promotion et du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) auprès des étudiant.e.s des IFSI de l’Université d’Aix‐Marseille, dont l’un des sujets abordés est l’enseignement des langues. Nous distinguons que :

● 58.9% des étudiant.e.s considèrent que la méthode d’enseignement de l’anglais n’est pas adaptée à la formation

● 82.3% d’entre eux ne pensent pas que cet enseignement leur perme ra de s’exprimer couramment en anglais

● 78.1% ne pensent pas que cet enseignement leur permettra de rédiger en anglais

● 81.1% des étudiant.e.s disent que cet enseignement ne leur permettra pas de partir à l’étranger en stage, et 85.3% pensent que cela ne leur permettra pas de postuler dans un pays étranger comme infirmier.e

● 92.8 d’entre eux n’ont pourtant pas accès au tutorat en anglais

● 97.7% n’ont pas accès à des enseignements dans d’autres langues que l’anglais

● 67.8% n’ont pas de cours réalisés par des intervenant.e.s formé.e.s à l’apprentissage de l’anglais

● 98.1% n’ont pas de cours optionnels de langue à l’université

● 74.3% n’ont pas accès aux ressources informatiques de l’université pour l’apprentissage des langues

La FNESI est engagée dans le changement de cette situation, et a donc commencé un projet pour développer un nouveau cadre de compétences pour l’enseignement des langues en partenariat avec les autres Fédérations de Santé. Vous serez, bien entendu, informé des avancées qui pourront être concrétisées.

Julián VADELL MARTINEZ, vice‐président en charge des Affaires Internationales

L’apprentissage des langues dans la formation en Soins Infirmiers
Share this post