La FNESI : 16 ans à porter la voix des Etudiant.e.s en Soins Infirmiers

Depuis maintenant 16 ans, la FNESI est la seule organisation représentative des étudiant.e.s en soins infirmiers, la seule organisation à toujours avoir défendu les intérêts matériels et moraux de ces derniers et à avoir mené des actions ou des réflexions pour ne jamais aller à l’encontre de ce but.

Le 8 novembre dernier, la Fédération Nationale des Étudiant.e.s en Soins Infirmiers (FNESI) s’est associée à 17 autres organisations professionnelles sous le slogan “Soigne et tais toi” afin de porter la voix des 90 000 étudiant.e.s de notre formation, victimes depuis bien des années d’inégalités et de discrimination.

Suite à cette mobilisation, majoritairement composée d’étudiant.e.s, la FNESI a obtenu la réouverture de deux groupes de travail avec la Direction Générale de l’Offre de Soins, dont le premier aura lieu ce 24 janvier 2017. L’un portera sur l’arrêté du 21 avril 2007 – relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux, et l’autre sur l’arrêté du 31 juillet 2009 – se rapportant au diplôme d’État d’infirmier.

Ces deux arrêtés sont la base de la formation en soins infirmiers et c’est là l’occasion pour les étudiant.e.s, au travers de la FNESI, d’apporter des améliorations notables à des conditions d’étude encore trop peu démocratiques et en deçà de ce qu’on pourrait attendre de l’enseignement supérieur français.

Cette manifestation nous aura également permis de finaliser le processus d’alignement des bourses sanitaires et sociales à hauteur de celles des étudiant.e.s de l’enseignement supérieur et nous espérons, à terme, un transfert complet de nos bourses au CROUS.

Nous avons aussi obtenu un accord actant une augmentation de 25% des indemnités de stage des étudiant.e.s en soins infirmiers.

Toutes ces victoires sont le reflet de la vision portée par la FNESI depuis de nombreuses années : être dans une volonté et une vision progressiste plutôt que vainement contestataire, améliorer les conditions d’études des étudiant.e.s en soins infirmiers tout en sachant porter leur voix auprès des instances publiques.

A la suite de ces avancées notables concernant les droits et les conditions d’études des étudiant.e.s en soins infirmiers, la FNESI avait décidé de prendre une place moins importante au sein de l’appel à la mobilisation du 24 janvier 2017.

Récemment, une partie des organisations composant la plateforme unitaire ont fait le choix de vouloir intégrer un syndicat généraliste étudiant à cette mobilisation

Malgré les craintes exprimées par la FNESI à l’annonce d’une organisation non représentative des étudiant.e.s en soins infirmiers, peu experte de leurs problématiques et ayant même porté des positions contraires aux attentes de ces dernier.e.s, cette organisation fera partie de la prochaine mobilisation.

C’est pourquoi la FNESI, à la suite d’un procédé démocratique décisionnaire, a convenu de ne pas prendre part à la mobilisation du 24 janvier 2017. Il est inconcevable, impossible, inimaginable de nous associer à des organisations portant – de façon avérée – des positions allant à l’encontre de celle des étudiant.e.s.

D’autres organisations professionnelles ont aussi fait le choix de quitter le mouvement.

Depuis plus de 16 ans, la FNESI porte la voix de l’ensemble des étudiant.e.s en soins infirmiers et est la seule organisation considérée comme représentative aux yeux des pouvoirs publics. Les indemnités de stage et de transport, la création des conseils de vie étudiante ou encore la réévaluation des bourses ne sont que quelques exemples parmi toutes les avancées obtenues depuis toutes ces années d’actions et de mobilisation.

Depuis l’année 2000, c’est cette vision novatrice et progressiste portée par la FNESI qui a permis d’obtenir ces avancées majeures pour la formation, mais qui permet également de porter des valeurs et des positions allant toujours dans l’intérêt des étudiant.e.s en soins infirmiers.Mais il reste encore des positions à défendre, des débats, des discussions, des négociations à mener nous en sommes bien conscient. C’est à ce titre que la FNESI continue de développer notre formation, se battant chaque jour pour l’obtention d’une réelle licence – et non plus d’un grade- , pour la création d’un système LMD (licence-master-doctorat), pour la reconnaissance de l’étudiant.e en soins infirmiers en tant qu’étudiant.e de l’enseignement supérieur et, à ce titre, membre à part entière de l’université.

Depuis 16 ans, la FNESI est la seule organisation représentative des intérêts matériels et moraux des étudiant.e.s en soins infirmiers. Depuis 16 ans, la FNESI se bat aux côtés des autres fédérations représentatives des différentes formations sanitaires et sociales pour l’amélioration des conditions d’études et de vie de ces mêmes étudiant.e.s.

Dans ce contexte politique en plein bouleversements, en passe d’amener dans quelques mois un renouveau politique et d’introduire au cœur des débats de nouveaux changements attendus, la contestation n’est pas la seule solution pour les étudiant.e.s en soins infirmiers. Alors, lorsque face à cette vision progressiste, force de proposition et pleine de bon sens, la réponse donnée par certain.e.s est d’intégrer une dimension marquée par la contestation sans connaissances, aucune, du paysage des étudiant.e.s en soins infirmiers et notant une méconnaissance absolue des attentes de ces dit étudiant.e.s : il est du devoir de la FNESI de rappeler sa volonté de continuer à défendre les intérêts matériels et moraux des étudiant.e.s en soins infirmiers, essence même de notre existence, même si cela ne passe pas par la rue mais par des discussions et négociations avec les pouvoirs publics

En outre, La FNESI n’exclut pas de réintégrer la plateforme unitaire si celle ci recouvre les valeurs défendues par SoigneEtTaisToi.

La FNESI reste également vigilante sur les promesses qui lui ont été tenu et se garde le droit de prendre toutes les mesures qui s’imposent dans les mois à venir pour faire entendre la voix des étudiant.e.s.

 

Share this post
19 janvier 2017 – La FNESI : 16 ans à porter la voix des Etudiant.e.s en Soins Infirmiers