« Les paroles s’envolent, les écrits restent » : plus que des promesses, les étudiant.e.s en soins infirmiers attendent aujourd’hui des actes

(C) Hugo Renault

#SoigneEtTaisToi

 

Mardi 8 novembre 2016, ce sont plus de 10 000 professionnel.le.s et étudiant.e.s infirmier.e.s qui se sont mobilisé.e.s à l’appel de la Fédération Nationale des Etudiant.e.s en Soins Infirmiers (FNESI) et de 16 autres organisations professionnelles. Une telle unité affichée de la profession ne s’était pas montrée depuis 1988. La FNESI tient à saluer la mobilisation des étudiant.e.s et leur dynamisme sans faille, qui a signé leur besoin de se faire entendre de leur ministre de tutelle.

 

A l’issue de la manifestation, la FNESI a été reçue par le cabinet de la Ministre et la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS), avec les organisations professionnelles. Ceux-ci n’ont répondu que partiellement à leurs interrogations et leurs revendications.

 

Plusieurs avancées sont néanmoins possibles pour les étudiant.e.s : augmentation des indemnités de stage des étudiant.e.s, alignement des bourses des filières sanitaires et sociales sur celles du Ministère de l’Enseignement supérieur ou encore réforme de la gouvernance interne des Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Rendez-vous est pris le 18 novembre avec la DGOS pour passer aux actes.

 

Même si, concernant les revendications des étudiant.e.s, les représentant.e.s du Ministère se sont montré.e.s ouvert.e.s au dialogue, notamment concernant les conditions de vie et d’études des ESI, force est de constater qu’elles/ils ont peu répondu aux problématiques liées aux conditions de travail, de stage et d’évolution des compétences. Ainsi, les étudiant.e.s restent en attente de réponses concrètes concernant leurs futures conditions de travail.

 

La FNESI et les étudiant.e.s espèrent ici que son invitation au prochain comité de suivi de la feuille de route de la Grande Conférence de la Santé permettra d’apporter des réponses aux enjeux de la formation en soins infirmiers et, plus largement, l’avenir du système de santé dans lequel la profession infirmière doit jouer un rôle majeur.

 

La FNESI attend donc de ces rendez-vous qu’ils lui donnent pleine et entière satisfaction, pour qu’enfin se concrétisent des revendications légitimes et indispensables. Nous ne nous satisferons plus d’annonces et de promesses, sans cesse renouvelées par les gouvernements successifs. Les étudiant.e.s en soins infirmiers attendent du ministère qu’il agissent pour elles/eux, et pour leur avenir et sont déjà prêt.e.s à se mobiliser, si nécessaire, dès le début de l’année 2017.

 

Contacts

Lisa Cann, présidente, presidente@fnesi.org, 06 40 81 65 09

Merlin Descours, secrétaire général, sg@fnesi.org, 07 84 01 39 98

Share this post
bnfnesi10 novembre 2016 – « Les paroles s’envolent, les écrits restent » : plus que des promesses, les étudiant.e.s en soins infirmiers attendent aujourd’hui des actes